Quelle princesse êtes-vous?

Coucouc mes p’tits chats!

Mon amie Line m’a offert pour mon anniversaire, il y a quelques mois, un livre plein d’une magie unique: il s’agit du livre des “Princesses oubliées ou inconnues” de Philippe Lechermeier et Rébecca Dautremer.

Et tout est féérique dans ces pages: les textes d’une poésie magnifique et touchante et les illustations, délicates et fragiles, colorées, tarabiscottées.

Les auteurs nous y présentent, à chaque double page, une nouvelles princesse, créature étrange et improbable à la beauté poignante et envoutante ou triste et fugace. Et chacune a son histoire, comme une légende, la page arrachée d’un carnet de poésie. Une fois n’est pas coutume, je ne résiste pas à l’envie de vous livrer un morceau choisi de l’une de ces présentations, pour vous mettre dans l’ambiance:

“Princesse de la Crapaudine:

Son nom est sans rapport avec son physique. Très belle, elle ne bave pas, ne coasse pas et n’a aucune pustule. Sa peau n’est pas verte mais rose carmin, tout ce qu’il y a de plus doux et de plus raffiné. Elle vit dans un palais, pas dans une marre. Recherche le prince de sa vie. Persuadée qu’il se cache sous les traits d’un crapaud. Espérant toujours le rencontrer, elle passe le plus clair de son temps les pieds dans la vase, embrassant chaque batracien qu’elle croise.Aux dernières nouvelles, toujours les pieds dans la mare, toujours seule.

Sa cousine, Princesse Diplodocus. Même histoire mais destin plus sombre, tant il est difficile de croiser aujourd’hui un diplodocus….”

Cette description est s’accompagne d’un dessin magnifique et d’un vers:

“Chercher sans savoir qui il est et pourtant être certaine de le reconnaître”.

Personnellement, je me suis bien reconnue dans cette princesse-là.

Et vous? Quelle princesse êtes-vous? La terrible Kouskâh (là où elle passe, l’herbe ne repousse pas), la paresseuse Princesse de la Molle, la ténébreuse Princesse de la Nuit, l’Indienne Princesse Quart de Lune ou une autre encore? Je vous invite à le découvrir sans tarder pour prolonger la magie de cette période de fêtes ou nous sommes toutes les princesses de quelqu’un.

Bon voyage.

Becs de Princesse Brunette de la Crapaudine

Musique….

Bonjour à tous!

J’espère que vous allez bien et que avez passé une bonne fin de week-end et un bon début de semaine!

Aujourd’hui, un petit sujet musique avec trois mini-chroniques d’albums que j’ai achetés récemment. On va y aller dans l’ordre de celui qui j’ai le moins aimé à celui que j’ai le plus adoré.

Pour commencer, on va parler du nouveau CD du groupe français Tétard, intitulé “Faudra faire avec…”. Tétard, c’est un peu dans le même registre que Louise Attaque, mais en nettement moins bien! Une étiquette “Attention Talent” dans ma Fnac et une première écoute m’avaient convaincues d’acquérir l’objet mais j’en suis restée sur ma faim: la deuxième et la troisième écoute révèlent un album finalement assez décevant. De plus, je n’aime pas trop la voix du chanteur. En définitive, il manque ce je-ne-sais-quoi qui fait que les mélodies s’insinuent dans notre tête et qu’on tape du pied ou qu’on hoche la tête en rythme avec notre ipod sur les oreilles dans les transports publics. Dommage…

Ensuite, pour rebondir sur ma récente chronique sur “Grey’s Anatomy”, je vais vous parler des excellentes bandes-son qui sont tirées de la série la plus géniale du moment. J’avais déjà beaucoup aimé le premier et le second CD et je n’ai pas été déçue par le troisième. Peut-être avez-vous vous aussi tendu l’oreille aux excellentes chansons qui passent lors de chaque épisode. Et bien ces trois albums en sont un condensé emblématque, tout dans l’intensité et dans l’émotion. Ils vous feront découvrir ou redécouvrir des artistes peu connus et attachants, des chansons gaies, tristes, émouvantes, poignantes, profondes ou légères. Dans tous les cas, voici de quoi vous accompagner dans votre journée, quelques soient les émotions par lesquelles vous paasez. Du précieux pour vos oreilles….

Pour finir, on va rebondir sur une autre de mes chroniques récentes: je vous avais parlé dernièrement de l’album “Favourite Songs” de Vincent Delerm. Quels ne furent pas ma surprise et mon bonheur de découvrir que cet album avait été intégré à un coffret intitulé “Vincent Delerm à la Cigale” qui comporte deux CD et deux DVD de concert de cet artiste grandiose enregistrés pendant un concert à Paris. Le premier album est un live qui comporte plein de chansons inédites en morceaux cachés et surtout qui est rempli de la drôlerie et de l’humour inimitable de Monsieur Delerm. Le deuxième CD est “Favourite Songs”. Le premier DVD s’appelle “Surprise Partie” et est un condensé d’inédits que les fans ont déjà entendus pendant les concerts plus un clip intitulé “Un job sympa”. Le deuxième DVD présente les coulisses des duos. Un vrai bonheur si vous êtes fan et un bon récapitulatif si vous venez de découvrir l’oeuvre du Monsieur. Dans tous les cas, incontournable!

Becs à vous et je vais essayer de vous poster encore un petit papier avant Noël. Si je n’y arrive pas, je vous souhaite à tous tout le meilleur et que Papa Noël pense à vous!

Becs de Princesse Brunette!

De retour dans l’univers fascinant d’Harlan Coben

Bonjour à vous!

Ceux qui lisent mon blog avec assiduité (ma Maman, Corinne et mon frère…) le savent déjà, ma rencontre littéraire avec l’univers d’Harlan Coben a été un coup de foudre monumental. Donc, lorsque je tombe sur un livre portant la mention de “Nouveauté” avec son nom écrit dessus, je me précipite. Cependant, et bien que, comme je vous le dirai plus bas, ce livre m’a plus qu’enthousiasmée, j’aurais deux petite revendications:

La première est qu’il ne s’agit pas d’une vraie nouveauté. Pour la parution en français peut-être, mais l’histoire est antérieure à “Promets-moi”, son avant-dernière parution, ce qui n’est pas anodin si on considère que Coben révèle quelques-uns des tenants et des aboutissants de “Temps mort” dans “Promets-moi”.

La seconde est que l’édition est truffées d’erreurs. Par moment, le pesonnage principal, à savoir Myron Bolitar, est décrit à la troisième personne et à d’autres à la première, sans raison logique. Erreur de traduction? Sans compter les fautes d’orthographe qui se balladent ici et là dans le livre. Dommage, car Harlan Coben est trop sutil écrivain pour que ses ouvrages se transforment en romans de gare…

Ceci dit, passons à l’histoire: Les fans de Myron, Win, Esperanza et la Grosse Cindy seront ravis de retrouver ici leurs héros fétiches dans une ancienne-nouvelle aventure. Myron, agent sportif, avocat et ancien basketteur professionnel, se voit confier la mission de protéger Brenda Slaughter, jeune espoir du basket féminin et pédiatre à ses heures perdues. En effet, celle-ci reçoit des menaces qui vont se concrétiser lorsque que son père disparaît. Commence alors une suite inextricables d’élémements nébuleux qui vont lier la destinée de la jeune femme à la dynastie Bradford, dont le fils aîné se présente au poste de gouverneur. Mais quel est le lien entre ces deux personnages que tout semble séparer?

Avec son humour décapant, son sens du dénouement inattendu et son art du suspense, Coben signe ici à nouveau un polar très réussi. Point de violence inutile, comme à chaque fois, mais beaucoup de cynisme et une bonne petite tension salvatrice sont les ingrédients-clé que cet auteur déjà culte sait instiller à chacun de ses livres. Ses personnages sont extêmement attachants et le final nous laisse sans voix!

Bref, on en redemande… Quitte à devenir totalement accro! Mais en fin de compte certaines addictions sont une bonne chose!

Bonne lecture.

Becs de Princesse Brunette

Et si on revoyait notre anatomie?

Coucouc à tous!

Aujourd’hui, on ne va pas vraiment faire dans l’original et la découverte mais j’avais envie de vous parler d’une série que j’adore et que la grande majorité d’entre vous connaissent et suivent peut-être même avidement: il s’agit de “Grey’s Anatomy”

Alors que la saison 3 est sortie il y a deux ou trois mois en DVD, force est de constater que la série n’a pas pris une ride et est aussi fraîche et passionnante qu’à son premier jour.

Pour ceux qui vivent sur la planète Mars et pour ma Maman, je ferai un bref exposé du sujet: La série relate les aventures et les déboires sentimentalo-médicaux d’une bande de jeunes médecins, internes en chirurgie à l’hôpital Seattle Grace. Entre opérations risquées et cas étranges, Meredith, Cristina, Izzie, George et Alex vont créer et resserrer des liens entre eux et avec leurs formateurs qui ne seront pas sans bouleversements pour leur vie privée. Tout cela, présenté avec un humour, un tendresse et une clairvoyance qui font de cette série déjà culte un petit bijou d’humanisme.

J’aime Grey’s Anatomy pour plusieurs raisons. La première est que j’aime croire que mon travail d’infirmière aux urgences ressemble à ça, ce qui n’est pas vraiment le cas. La deuxième est que les héros sont aussi profonds et attachants que dans “Dawson” tout en étant médicalement aussi crédibles que dans “Urgences”. La troisième est un casting bluffant avec des personnages qui crèvent l’écran. J’aime aussi le côté sans prétention de la série dont les producteurs, les scénaristes et les acteurs se disent abasourdis par son succès.

Bref, je suis accro. Je dirais même que c’est ma série préférée. J’ai donc hâte que la saison 4 pointe le bout de son nez de par chez nous.

Voilà, et bien c’est tout pour aujourd’hui. A bientôt!

Becs à tous de Princesse Brunette

Vincent Baguian pour le plaisir…

Bonjour à tous!

Tout d’abord, merci à ceux qui viennent et qui reviennent régulièrement sur ce blog, vos visites me font très plaisir, d’autant plus que vous êtes de plus en plus nombreux!

Voilà, cette petite paranthèse passée, on va pouvoir attaquer le vif du sujet: A ma droite, Vincent Baguian, artiste dans la plus pure veine de cette nouvelle scène que j’affectionne tant. A ma gauche, un album, “Ce soir, c’est moi qui fait la fille”, drôle, délirant et burlesque. Au centre, une Princesse Brunette totalement satisfaite de vous présenter sa nouvelle trouvaille.

Vincent Baguian, donc. Artiste jusque-là encore peu connu et c’est bien dommage! Car ce fils d’immigré arménien, travaillant dans la pub, pourrait être qualifié d'”orfèvre des mots” tant ses textes sont de petits bijoux en or dépoli, justes et sensibles. Sur cet album, “Ce soir, c’est moi qui fait la fille”, il a mis une précision peu commune. Tour à tour époux infidèle, idole désabusée, croque-mort ou même escargot, il emprunte des identités diverses et touche au but, celui de nous ravir. L’album est plus que plaisant: il devient rapidement indispensable. L’auteur-compositeur y prend un malin plaisir à nous dérouter, nous surprendre pour, au final, nous enchanter. Plein d’une autodérision salvatrice, il nous amène exactement là où il veut, c’est à dire au plaisir.

Si on ajoute que le Monsieur est un protégé de Francis Cabrel, il n’y a plus qu’un mot à dire: respect.

Voilà encore une bonne idée-cadeau originale pour ceux qui sèchent pour les fêtent. Allez, lancez-vous: vous ferez plaisir, assurément.

Becs de votre Brunette