Brrrrrrrr!!!!!!

Voici la Vienne! Hé oui, à Vienne, y a pas que le Danube! Déjà pauvre en eau, la Vienne a également froid et reflète bien le climat actuel dans la capitale autrichienne: ensoleillé mais glacial! Quelques canards téméraires tentent encore de faire trempette mais sans grande motivation. Un peu comme les touristes qui photographient le Stefansdom avec les doigts qui gèlent sur l’appareil photo. Vivement que le printemps réchauffe la ville!

Mon petit linge brodé main

Trouvé, ou plutôt acheté, mais aussi dégoté dans la boutique morgienne de Turbulence en Suisse, ce petit linge en lin brodé main est une merveille sur laquelle je me suis jetée sans hésiter en vue de l’acquérir à des fins de mantra personnel. Il est réalisé par une artiste dont je ne connais malheureusement pas le nom et la phrase qui y figure, “Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée”, se décline en d’autres petits clins d’oeil semblables tels “La cuisine est une chose, la vaisselle en est une autre”.

Si vous êtes intéressés à en savoir plus, les modèles et les infos vous seront dévoilés à la Boutique Turbulence, rue Centrale 1, 1110 Morges (Suisse). Téléphone:+41 21 803 11 35.

H.O.M.E

La joie dans les yeux de ma mère lors de notre première étreinte de retrouvailles, les rires de mes amies que je vois si rarement, ma Sans-Valentin, car l’Homme était resté à Vienne, où j’ai reçu ce magnifique bouquet de tulipes, mon beau-père venu m’attendre à la gare de Neuchâtel aperçu dans la foule où  il marche à contresens, les soirées-télés, allongés sur le grand lit à regarder tout et rien entre ma mère et mon deuxième papa avec le chien qui ronfle à côté, le soleil suisse qui manque si souvent à Vienne, mon frère qui fume toujours trop et sa petite femme si élégante et “fashion” dont j’ai copié le vernis à ongle jaune, la tombe de mon père, belle et triste sur laquelle je me recueille si rarement, les librairies lausannoises et la Fnac avec des livres en français, les biscuits secs au thym et le lait de riz de la Migros, les produits alimentaires “light” à foison, les jus de carottes du Zeste sur le Grand Pont, mes petites boutiques à merveilles où j’ai refait une provision de cartes que j’enverrai depuis l’Autriche. Et ce deuil. Celui qui m’a fait rentrer précipitamment ce vendredi matin du 11 février. Celui qui emporte à nouveau un être cher. Celui qui a empli l’atmosphère de la peine d’une famille qui se demande une fois encore: Pourquoi? Pourquoi déjà? Ce post est dédié à tout ceux qui pleurent dans leur coeur un être parti toujours trop vite. Et à ma tante Jacqueline, Sylviane, Serge et leurs familles.

“L’Oiseau de mauvais augure” de Camilla Läckberg

Bon, ben si vous avez lu mes derniers posts, celui-ci ne sera probablement pas une surprise pour vous. En effet, j’ai pris la ferme décision de dévorer tous les livres de Camilla Läckberg à la suite et ce, sans reprendre mon souffle en cours de route.
Et quel auteur! Je reste béate d’admiration devant son oeuvre.
Aujourd’hui, donc, il est question de “L’Oiseau de mauvais augure”, à savoir le quatrième volet des aventures d’Erica Falck et Patrick Hedström.
L’histoire commence en plein préparatifs de mariage pour Erica et Patrick qui ont décidé d’officialiser leur union. Ceci alors que la petite ville de Tanumshede est le théâtre d’un jeu de téléréalité fortement plébiscité par les instances communales. De plus, une nouvelle recrue fait son apparition au commissariat où officient Patrick et son complice et ami Martin. Beaucoup de changements et de confusion donc. Ainsi, lorsque le cadavre d’une femme fortement acloolisée est retrouvé dans un accident de la route n’impliquant qu’elle-même, il ne saute pas forcément aux yeux de tous qu’il s’agit d’un meurtre. Pourtant, quelque chose tarabuste Patrick. Une impression de déjà vu. Mais les cadavres vont rapidement s’accumuler alors que l’émission télé déraille.
Bon, vous l’aurez compris, ce roman est réellement saisissant! Il y règne un suspense quasi insoutenable jusqu’à une fin spectaculaire. J’aime aussi la façon dont évoluent les personnages que l’on commence à bien connaître et auxquels on s’attache volontiers. Une fois de plus, j’adore! A lire. Absolument!

Tron Legacy

Il y a un peu plus d’une semaine, des amis de l’Homme (des physiciens, donc….), nous ont entraîné à leur suite à l’Imax de Vienne pour voir la suite du film “Tron”, produite par les studios Disney.
C’est donc sans une grande motivation que nous sommes allés voir “Tron Legacy” en 3D.
L’histoire est celle de Sam Flynn, qui, alors qu’il recherche son père disparu, se retrouve projeté dans un redoutable monde virtuel gouverné par des programmes informatiques. Allant de joutes mortelles en poursuites effrénées, Sam retrouve son père Kevin et la belle Cora qui luttent depuis des années pour échapper au piège dans lequel ils sont tombés et essaient de s’évader de ce monde. Sam va tout faire pour les y aider.
En ce qui me concerne, et après avoir rapidement sondé les trois physiciens qui m’accompagnaient, nous avons trouvé le scénario vraiment décevant. D’ailleurs, l’un desdits physicien a même argué qu’il n’y avait pas de scénario. Bon. Mais, visuellement, il faut avouer que la combinaison Imax/3D est très réussie et donne au film une dimension spectaculaire déjà servie pas des images magnifiques. Ce long métrage est un pur bonheur pour les yeux. Les costumes, les décors, les effets spéciaux, tout est léché et abouti pour donner au final une expérience visuelle grandiose et unique.
Si vous n’êtes pas trop exigeant quand à la trame, vous serez forcément ébloui par “Tron”.

“Le Tailleur de pierre” de Camilla Läckberg

Arghhhhhhh! Est-ce possible? Se peut-il vraiment que chaque nouveau roman de Camilla Läckberg soit plus passionnant encore que le précédant?
C’est pourtant le pari que la jeune auteure suédoise semble avoir relevé avec “Le Tailleur de pierre”, troisième volet des aventures d’Erica Falck et son chéri Patrick Hedström.
En effet, dans cet épisode, on retrouve l’atmosphère lourde et les noirs secrets de la petite ville de Fjällbacka, petit port de pêche aussi bucolique que d’apparence trompeuse. Une petite fille de sept ans a été retrouvée morte, noyée. Cependant l’autopsie montre rapidement qu’il s’agit d’un meurtre. De réseaux pédophiles en tragiques querelles de voisinage, d’enfants au comportement dérangeant jusqu’au péril qui pèse sur leur propre progéniture, Erica et Patrick vont devoir mettre leur vie privée, pourtant bien tourmentée, de côté pour tenter de résoudre de nouvelles énigmes. Et il n’est pas impossible qu’ils n’en sortent pas indemnes….
En ce qui me concerne, j’ai a-do-ré ce roman. J’ai été littéralement scotchée au canapé jusqu’à que j’aie tourné la dernière page de cette incroyable histoire.
Un roman magistral, tout simplement.

Une soirée à l’opéra

Hier soir, l’Homme et votre Brunette sont allés voir La Bohème de Puccini à l’opéra de Vienne. C’est, pour moi, toujours un délice de voir les Viennois dans leurs plus belles toilettes se presser pour gagner chacun sa place dans la sublime salle du Staatsoper. Un moment magique où rien d’autre n’existe que le faste froufroutant et la grâce satinée de cette atmosphère si particulière.
Je dois vous l’avouer, j’ai de la peine avec l’opéra. Mais il faut dire aussi que tout le rituel qui l’entoure m’émerveille. Voici quelques photos pour vous en donner une idée….

Ludwig Nowotny: une adresse viennoise pour les amateurs de broderie

A la demande d’un internaute, je me suis rendue chez Ludwig Nowotny, une enseigne très ancienne et connue pour la broderie à Vienne. Comme je suis une totale béotienne en la matière, j’espère vous faire un compte rendu fidèle de ce que j’y ai appris sans, si possible, dire des énormités… Départ!
Tout d’abord, l’adresse a récemment déménagé. Elle se trouve nouvellement à la Wipplingerstrasse 12, dans le premier arrondissement, tout près de la Bourse. Fondée en 1818, elle est le plus ancien et plus célèbre commerce à proposer des articles de broderie et de point de croix à Vienne. Réunissant plus de cinq cent dessins des époques Baroque, Bidermeier et Art Nouveau, ceux-ci peuvent être, à la demande, personnalisés en fonction de la couleur et de la taille.
De nombreuses célébrités, dont l’impératrice Elisabeth (Sissi) et Faye Dunaway ont compté parmi les clients du lieu.
Il est possible de passer commande et/ou d’obtenir de plus amples renseignements via le site internet du magasin, rédigé en allemand ou en anglais. Il suffit de leur envoyer un e-mail et ils vous répondront avec plaisir et gentillesse.
Quelques photos:

“L’échappée belle” d’Anna Gavalda

Après “La Consolante”, qui m’avait vraiment découragée, je suis revenue à Anna Gavalda avec son dernier roman, “L’échappée belle”. Et là, j’ai de nouveau pris la grande claque que m’avaient déjà infligés ses précédents ouvrages.
Anna Gavalda est un génie. Elle pourrait être le Zola de son époque, tant elle sait bien observer et dépeindre l’existence de ses semblables, leurs joies, leurs peurs, leurs espoirs.
En effet, une fois encore, elle parvient à découper une tranche de vie, simple, belle, réaliste et touchante à outrance, celle de quatre personnes, en l’occurrence des frères et soeurs qui, fuyant une cérémonie de mariage à laquelle ils n’ont pas une franche envie d’assister, vont retrouver leur benjamin devenu guide dans un château perdu en pleine campagne.
Ce livre est une ode au bonheur, à la complicité entre frères et soeurs, à l’amour et, parfois aussi au chagrin qui n’est jamais loin, aux épreuves que l’on affronte pour aimer et être aimé. A la vie, en fait.
Mené de bout en bout avec un humour doux-amer toujours très drôle, ce livre est une petite perle. A lire et à relire. Avidement. Comme on reprendrait son souffle. Enfin.

Wiener Eistraum: le “rêve de glace” des Viennois

Du 21 janvier au 6 mars 2011, la Rathausplatz (place de l’Hôtel de ville) à Vienne s’est vue aménagée en une immense patinoire pour le plaisir des amateurs de glisse. Pour un prix entre 4 et 6 euros (abonnement saisonnier pour 55 euro, prix adulte), vous pourrez évoluer sur cette piste de glace du Wiener Eistraum. L’endroit est ouvert de 9h00 à 22h00 avec des billets last minute moins chers si vous venez à 21h30.
L’ambiance y est des plus conviviales. Le soir, particulièrement, la piste est éclairée par des spots de couleur et un DJ de Radio Wien se charge de remuer les popotins de tout ce petit monde. Après quoi, vous pourrez allez déguster un vin chaud et des gaufres. Et si vous êtes motivés, vous pourrez même vous essayer au curling dans un espace qui lui est dédié.
Une bonne nouvelles pour ceux qui n’ont pas de patins: ils sont en location sur place. Tous les prix se trouvent ici.