Saez, “Messina”: l’obscur et la lumière

Damien Saez est un artiste prolifique. Il le prouve plus que jamais avec ce triple album intitulé “Messina” sorti tout récemment.

Un album où, franchement, rien n’est à jeter. Tout ici suinte le talent et l’intelligence. Que ce soit la musique ou les textes, le chanteur-compositeur semble arrivé à l’apogée d’un talent qui n’a jamais fait aucun doute.

Dure et tendre à la fois, féroce et tranchante mais aussi brûlante et extatique, la musique des trois disques de cet album s’écoute avec une délectation manifeste et un plaisir jubilatoire.

Des titres comme “Faut s’oublier”, “Les Magnifiques”, “Légionnaire”, “Sur le quai” et bien d’autres sont autant de pépites où l’émotion poussée à son paroxysme met nos sens à vif. Les paroles sont comme un recueil de poèmes mis en musique, et quelle musique! Des guitares dont les cordes sont des lames de rasoirs, des violons, des plages intenses et fortes, servant d’écrin à une voix unique.

Que dire de plus sur Saez? Rien, malheureusement! Seule la musique parle d’elle-même. Je vous encourage donc vivement à vous jeter sur “Messina”. Vous allez adorer!

“Les Spellman contre-attaquent” de Lisa Lutz

 

Alix Giraud de l’Ain, en quatrième de couverture, a parfaitement résumé l’idée de ce roman: “Alléluia, ils sont de retour! Ceux d’entre vous qui connaissent les Spellman sont déjà en transe.”

C’est en effet l’état dans lequel je me suis trouvée au moment où j’ai découvert qu’un nouveau tome des aventures des Spellman était sorti en librairie! Je me suis donc jetée sur l’objet que j’ai dévoré en peu de temps.

Pour petit rappel, et si vous avez manqué les documents précédents, les Spellman sont une famille déjantée de détectives privés sournois, manipulateurs et calculateurs dont le passe-temps favori est de se faire chanter/de s’espionner les uns les autres. Première à l’appel, Isabel Spellman, 32 ans, ayant une tendance à foirer ses relations amoureuses et à noyer son spleen dans l’alcool. Seconde de promo, Rae Spellman, petite soeur de son état, tenace et politiquement incorrecte, qui a décidé de se lancer dans un combat sans merci contre les victimes d’erreurs judiciaires et qui, pour leur venir en aide, utilisera tout un tas de stratagèmes douteux. Viennent ensuite les parents Spellman qui vivent dans une maison où les poignées de portes n’arrêtent pas de disparaître mystérieusement. Sans compter la petite équipe de personnages habituels: Henry Stone, flic accro au bio, Morty, l’octogénaire qui suce ses dents, Len et Christopher, les deux acteurs en mal de rôles, et bien d’autres…..

Bref, ce nouveau volet des aventures de la célèbre famille est, comme d’habitude, férocement drôle et bien amené. Ceux qui suivent leurs aventure depuis le premier tome verront leurs attentes satisfaites sur bien des points. Et se retrouveront à attendre le suivant une fois la dernière page tournée. Car encore une fois, Lisa Lutz ne déçoit pas!

Bonne lecture!

 

L’Oktoberfest et les livres….

Hé oui! Le mois d’octobre a commencé il y a quelques jours en Bavière, entraînant dans son sillage une foule d’aficionados assoiffés de bière et vêtus en trachten. Ici, à Vienne, on voit quelques dirndl et lederhosen se diriger timidement vers le Prater. L’Oktoberfest semble donc immanquable cette année encore chez les Austro-hongrois-bavarois.

Comme c’est tout de même un événement lié à une certaine culture, je vous propose de découvrir les traditions bavaroises par un biais un peu particulier: les livres. A Vienne, en cette période, les librairies font la part belle l’Oktoberfest. Des romans colorés, drôles souvent, policier également, garnissent les rayons, attendant le lecteur prêt à s’immerger dans cette culture festive et pleine d’esprit.

On citera notamment des auteurs comme Rita Falck et sa série policière remplie d’humour.

Voici donc quelques photos de livres à lire si vous parlez l’allemand car malheureusement on ne trouve pas encore de traduction pour la plupart:

Bonne lecture!

Bienvenue, l’automne!

Ça y est, c’est officiel: les jours déclinent, les feuilles rougissent, jaunissent, brunissent, on boit du Sturm dans les cafés de Vienne et les petites laines sont de retour. Bienvenue, l’automne! Voici quelques clichés pris au hasard d’une ballade viennoise: