“Mariage à l’anglaise”, un film de Dan Mazer

347211-affiche-usa-mariage-a-l-anglaise-620x0-1

 

 

En voilà un chic petit film bien réjouissant! Comédie british à la “Quatre mariages et un enterrement” version 2013 avec un humour anglais bien frappé, “Mariage à l’anglaise”, le nouveau film de Dan Mazer est un petit bijou de drôlerie et de tendresse.

Porté par un casting sexy et fringant (grâce en partie au mentaliste Simon Baker), ce film vous fera assurément passer un bon moment de rigolade toute en finesse.

L’histoire démarre sur le mariage de Nat et Josh, qui se sont rencontrés il y a quelques mois plus tôt et ont vécu un véritable coup de foudre. Mais ledit mariage est une suite grosses bourdes et petites catastrophes en chaîne. Leurs amis sont formels: cette union ne durera pas plus d’un an. Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, le jeune couple va tenter de prouver qu’ils ont tort. Dur dur, surtout lorsque réapparaît une ex pas vraiment oubliée pour Monsieur et que débarque un troublant chef d’entreprise au bureau de Madame. Alors? Nat et Josh sauveront-ils leur couple?

Comme je vous l’ai dit plus haut dans ces lignes, j’ai beaucoup aimé ce film. En fait, j’ai surtout beaucoup ri. Il m’a rappelé les meilleures comédies anglaises du genre. Bref, allez-y avec votre tendre moitié, vous vous reconnaîtrez forcément à un moment ou à un autre.

Un délice.

“Miami”, nouvel album de Saez

pochette-de-l-album-miami-de-saez-disponible

 

 

Voilà un artiste bien prolifique que Damien Saez. Hop! A peine quelques mois et juste remis du choc de ce triple album intitulé “Messina, les échoués”, il rempile avec un nouvel opus album à contre-pied nommé “MIAMI”.

Et il a de quoi nous surprendre, “MIAMI”. Loin des cordes et des envolées mélodiques de “Messina”, “MIAMI” se pare de sons induits par des machines, dans un style plus électronique. Saez nous y livre dix titres, plus bruts, plus rocks aussi.

En ce qui me concerne, sur la moitié des titres j’ai crié au génie, comme à chaque fois que j’entends du grand Saez…. et puis sur l’autre moitié…. Et bien en fait, je pense que “MIAMI” aurait pu être un EP!

On détaille: “Rochechouart”, “Le Roi”, “Des Drogues” et “Cadillac noire” sont de pures joyaux comme seul Saez sait en créer. En contre-coup, le reste est plus…. bof…

Mais les quatre dont je vous parlais…. wow wow wow! Grandiose, tout simplement!

Bref, une fois encore, je vous conseille vivement de vous jeter sur cet album rare et précieux d’un artiste dont on ne semble jamais pouvoir se lasser car il a l’art de se réinventer sans cesse tout en restant fidèle à lui-même.

Chapeau Monsieur Saez!