“Cinquante nuances plus claires” de E.L. James

379616_422877281120498_1927117126_n

 

Raaaaaaaaaaaahhhhh! J’ai trainé, j’ai même bien bien traîné pour finir ce troisième volet de la trilogie intergalactique Fifty Shades. Pourtant, ce n’est pas faute de l’avoir aimé. Adoré même.

Car “Cinquante nuances plus claires” est tout simplement entraînant, drôle et palpitant! Loin d’être le tome de trop, il constitue une suite et fin logique et plaisante aux aventures érotico-amoureuso-policières de Christian Grey et Ana… désormais également Grey puisque le début de ce tome voit les tourteaux convoler en justes noces!

Mais le mariage n’étant pas une fin en soi, Ana et Grey vont devoir traverser pas mal d’épreuves de tout poil et affronter de nombreux ennemis ainsi qu’un destin pas toujours des plus cléments.

Mais rassurez-vous: ils ne perdent ni leur sens de la répartie, ni leur incroyable appétit sexuel, pour le plus grand bonheur des lectrices (et lecteurs, sissi!) de E.L. James.

Bref, c’est avec regret que j’ai tourné la dernière page de cette trilogie bien plaisante et émoustillante. Espérons que l’auteur soit aussi prolifique pour nous pondre une nouvelle histoire!

Et si vous ne l’avez pas encore lu, lancez-vous que diable!

Deux petits soins pour se faire du bien

Aujourd’hui, une fois n’est pas (encore?) coutume, je vais vous parler de deux produits cosmétiques qui sont mes chouchous du moment. Allez, c’est parti!

Lait_Corps_Sous_la_Douche_Niv_a_Nourrissant_6

 

Tout d’abord, Nivea Lait Corps sous la Douche:

Découvert grâce à la maman d’une amie qui a toujours des bons plans cosméto, ce savon/lait pour le corps ne me quitte plus!

Moi qui ai toujours la peau très sèche, ce soin est un pur bonheur! Utilisez-le pour vous laver comme avec un savon, il laisse sur votre peau un film gras protecteur et nourrissant qui agit durablement. Résultat: moins de démangeaisons dues à la peau sèche, une peau plus souple et plus résistante aux agressions du quotidien, sans les désavantages d’un lait trop gras qui ne pénètrerait pas bien.

Ensuite, un soin pour les cheveux qui change la vie:

Olia_First_OilPowered_featured

 

J’ai, je vous l’avoue, d’abord été attirée par son visuel très réussi. J’avais déjà vu des pubs dans des journaux féminins (dont mon incontournable “Femme Actuelle”), et j’avais eu bien envie d’essayer. D’abord pour les couleurs vives et riches qui font parties de la gamme, ensuite pour son packaging que je trouve très joli.

Donc, lorsque a été venu le moment de refaire ma coloration permanente (noire), j’ai décidé de faire une infidélité à ma marque habituelle (l’incontournable “Brillance” de Schwarzkopf que j’utilise immanquablement depuis plusieurs années et dont je suis une fervente convaincue), pour essayer “Olia” de Garnier.

J’ai donc découvert une couleur facile à appliquer, qui tache peu la peau, sans ammoniaque (c’est à dire qui, en plus de préserver le cheveux, ne sent pas hyper fort et ne pique pas le cuir chevelu), et dont la préparation à base d’huile laisse un cheveux lisse, souple, brillant et moins cassant.

De plus, pour celle qui n’aiment pas les produits qui sentent trop fort, Olia laisse peu d’odeur sur la chevelure après son application.

Et, avant-dernier point, Olia permet un coiffage facile après le soin.

Un petit moins à signaler, cependant: j’ai l’impression que cette coloration couvre un petit peu moins bien les cheveux blancs. Mais ça n’est pas non plus flagrant.

Donc voilà. Deux petits soins que j’aurais un immense plaisir à réutiliser encore et encore.

 

“Before Midnight”, un film de Richard Linklater

affiche-before-midnight

 

Ben voilà! Il l’ont (enfin!!!) fait! Le troisième volet de “Before Sunrise” et “Before Sunset” s’appelle en toute logique “Before Midnight”

Pour petit rappel, des hordes entières d’adolescent(e)s avaient porté aux nues le premier chapitre de la trilogie lorsqu’il était sorti en 1995. Pas encore d’effet cataclysmique façon “Twilight” mais un véritable hymne à un public mouture génération X.

Dans “Before Sunrise”, Jesse, jeune Américain voyageant seul à travers l’Europe, rencontre Céline, une Française, dans un train et la persuade de descendre au prochain arrêt avec lui. Et, il se trouve que le prochain arrêt, c’est Vienne. Tous deux, ils se donnent jusqu’au lendemain matin pour découvrir la ville avant de repartir chacun de leur côté. Ce qu’ils finissent par faire, laissant en plan une love story naissante.

Second volet, maintenant: Jesse (Ethan Hawke) et Céline (Julie Delpy), se retrouvent par hasard à Paris. Ils ne se sont pas oubliés, ils ont même beaucoup pensé l’un a l’autre. Le film est un road movie romantique à travers Paris pendant une journée. Ça se passe en 2004. Comme quoi, l’amour ne prend pas une ride avec le temps.

2013. Voici “Before Midnight”. Jesse et Céline sont mariés et ont encore fait un bout de chemin ensemble. Ils nous invitent, l’espace d’une journée de leur vacances en Grèce, à découvrir ce qui leur est arrivé en dix ans et comment ils gèrent leur relation amoureuse avec le temps. En toute simplicité. On s’invite à leur table et dans leur chambre d’hôtel.

Si vous avez aimé les deux premiers volets de la saga, vous adorerez forcément cet épilogue. Le rythme de narration en est agréable et on s’est bien attaché à ce mignon petit couple. Même si, il faut le dire, le bel Ethan a quand même pris un tit coup de vieux….

Bref, c’est profond et léger en même temps, c’est frais, c’est estival. Juste ce qu’il faut pour passer une chic soirée!

“BLIZZARD” premier album de Fauve

tumblr_mnkr2gBvgM1s9jhi8o1_500

 

Découvert un peu par hasard grâce au post d’un ami sur Facebook, le collectif Fauve, qui vient de sortir son premier EP intitulé “BLIZZARD”, a pour moi été un coup de coeur immédiat.

Adepte du spoken word sur des musiques plutôt entêtantes, le groupe délie des textes au allures de vers, presque du slam, expression d’un travail que l’on ressent comme très personnel.

Les textes sont durs, crus, livrés sans fioritures mais assez forts pour vous retourner les tripes.

“BLIZZARD” est un EP, le premier du collectif, comprenant 6 titres (n’incluant malheureusement pas le très beau “Sainte-Anne”) qui va assurément faire couler pas mal d’encre.

En attendant, on aime, on écoute et on en redemande!

“Gatsby le Magnifique”, un film de Baz Luhrmann

Gatsby-Le-Magnifique-Affiche-Leonardo-DiCaprio+Carey-Mulligan

 

Hier soir, l’Homme et votre Brunette sont allé au cinéma voir “The Great Gatsby”, film adapté par Baz Luhrmann du chef-d’oeuvre de la littérature américaine écrit par Francis Scott Fitzgerald.

J’avais, comme beaucoup d’entre nous, lu le roman en anglais durant mon parcours scolaire, mais je dois vous avouer que je ne me souvenais que d’un point de l’histoire: la fin. Ce qui ne m’a nullement découragée d’aller voir le film, bien au contraire. Et c’est avec un immense plaisir que j’ai redécouvert, au fil des images, le scénario qui se déroulait petit à petit, livrant ses surprenants secrets.

“Gatsby le Magnifique” raconte l’histoire enchevêtrée de plusieurs personnages: il y a Nick Carraway, le narrateur, jeune écrivain se trouvant pris dans le tourbillon de la haute société New Yorkaise de 1922. Il y a sa cousine Daisy, beauté fragile mal mariée à Tom Buchanan qui la trompe avec sa maîtresse. Il y a l’intrigante golfeuse Jordan Baker. Et puis, et surtout, il y a le mystérieux Monsieur Gatsby, le voisin de Nick, qui vit dans un somptueux château où il organise des fêtes fastueuses. Mais Gatsby, bien que richissime, convoite quelque chose que son argent ne lui permet pas d’acquérir et pour lequel il se perdra: l’amour d’une femme.

Drame haut en couleur et surtout mis en scène et filmé de main de maître par Baz Luhrmann, “Gatsby le Magnifique” est une oeuvre somptueuse. Que ce soit les costumes, les décors ou la manière dont le film est tourné, tout tient du chef-d’oeuvre. J’ai aimé aussi la façon dont est rendue cette époque où le faste était partout. J’ai aimé – et ça c’est un truc de fiiiiiiile- les robes et les tenues des femmes, l’élégance raffinée des hommes. J’ai aimé, aussi, ces fêtes outrancières dont la magnificience n’égale que la démesure. Et j’ai aimé, enfin, le jeu des acteurs, dont le casting laissait déjà présager du très bon.

Et puis, last but not least, l’Homme et votre Brunette ont aussi beaucoup apprécié la bande-son, bien qu’on ait tous les deux des goûts plutôt différents en la matière!

Bref, c’est beau, c’est même grandiose et c’est fort. Si vous ne l’avez pas encore vu, courrez-y!

“Kaiserkrone Apotheke”, une pharmacie viennoise pleine de ressources

Fassade2-425x259

 

Voici une adresse viennoise qu’il faut connaître. En effet, pour les petits bobos et autres malheurs, la pharmacie-droguerie “Zur Kaiserkrone” recèle une infinité de ressources.

Située sur la Mariahilferstrasse au numéro 110, dans le 7ème District de la capitale autrichienne, cette enseigne est connue des locaux pour ses préparations maison qui sont la majeure partie du temps des traitement naturels à base de plantes.

Vous avez le rhume des foins? Hop! Procurez-vous l’une de leurs nombreuses fabrications contre les allergie. Un conseil personnalisé vous permettra de trouver celui qui vous convient le mieux. Vous voulez perdre du poids? Renforcer vos défenses immunitaires? Vous débarrasser de ces maux de dos? Ici on a quasiment un remède pour tout!

De plus, les médicaments étant préparés au sein de la pharmacie, ils sont souvent bien moins chers qu’ailleurs. Des gouttes de “Rescue” des Fleurs de Bach à quatre euros les 100 ml? Ici, c’est possible!

Bref, on cultiverais presque un peu d’hypochondrie tant les traitements que vend l’enseigne sont alléchants!

Alors voilà: que vous soyez de passage où établis à Vienne, vous pourrez trouver à la pharmacie Kaiserkrone de quoi faire face à plein de petits soucis de santé. Pensez-y!

“La petite coquette”, une boutique viennoise pour les coquines

3 4 inlay-2Voici une boutique viennoise qui fait la part belle à l’univers fétichiste popularisé par la saga interplanétaire “Fifty Shades”.

Rendez-vous à “La Petite Coquette” et réveillez l’Ana Steele qui est en vous! Car ici, vous trouverez toute une panoplie SM-soft pour celles qui veulent tenter quelque chose d’un peu coquin mais jamais vulgaire.

Au contraire, la boutique ne propose que des sous-vêtements de luxe, classe et sexy, avec des accessoires allant du martinet à plume au collier de chien laqué brillant.

C’est beau, c’est émoustillant et ça ravive la flamme. Pour une soirée un peu exceptionnelle ou pour si vous voulez sortir le grand jeu à votre Christian Grey de chéri.

Par contre, ne soyez pas gênée d’entrer dans cette boutique à la déco fetish où les vendeuses sont vêtues en soubrettes qui ne semblent attendre qu’une chose: vous emmener dans l’arrière boutique pour vous faire la totale. Mais bon, là, j’extrapole….

Allez! Osez!

La petite coquette”, c’est sis à Lugeck 6, 1010 Wien.

 

“Recto Verso”, nouvel album de ZAZ

ZAZ-Recto-Verso-kostenlos-hoerenZAZ est une artiste talentueuse. Très talentueuse, même. Une voix unique, des musiques colorées et vivantes, des textes de toute beauté, la dame prouve avec ce second album intitulé “Recto Verso” qu’elle va encore faire parler d’elle (et pour de bonnes raisons) pendant un moment. Pour notre plus grand bonheur!

En effet, avec “Recto Verso”, porté par son timbre chaud et puissant, ZAZ nous emmène une nouvelle fois à sa suite dans une course folle au gré de 17 titres qui ont chacun leur propre atmosphère.

L’album s’ouvre sur le tube intergalactique “On ira”, qui est désormais sur toutes les lèvres. Mais ses congénères valent également le détour. En ce qui me concerne, j’avoue un gros coup de coeur pour le lumineux et innocent “Toujours”, une ode à la vie nature, le triste et troublant “Si je perds” qui parle de la maladie d’Alzheimer, le mélodique “T’attends quoi”, le dansant “Oublie Loulou” et j’en passe.

Bref, ZAZ enfile ici une série de jolies perles sur un collier plein de couleurs et d’originalité. Une belle réussite.

 

Burano, une île aux mille couleurs

Voilà, il fallait que je fasse un sujet à part pour vous parler de l’île de Burano, découverte lors de notre voyage à Venise. A part car cette petite île est réellement atypique. Elle a son propre univers, joyeux et coloré. Son groove à elle, quoi!

Vous la découvrirez au prix d’environs quarante minutes de vaporetto depuis Venise. Une traversée qui, si vous êtes un petit chanceux, vous pourrez peut-être faire assis. Mais rien n’est moins sûr.

Mais sachez qu’elle en vaut vraiment la peine. Car, une fois arrivé, vous pourrez découvrir ses nombreux trésors cachés: son artisanat local dont la dentelle est la spécialité, ses maisons aux couleurs vives et gaies, ses artistes qui ont fui la folie vénitienne pour ouvrir leur atelier dans ce lieu calme, et ses commerçants qui vous offriront de la saveur régionale comme les panini con salsiccia, ces petits pains fourrés à la saucisse rôtie dans l’instant pour vous être servie toutes chaude et savoureuse selon une tradition de slow food typiquement italienne.

Voilà. Sinon, ben c’est tout simplement beau. Rien à ajouter à part quelques photos pour vous donner une idée:

IMG_1238 IMG_1245 IMG_1249 IMG_1253 IMG_1262 IMG_1263 IMG_1266

Un long week-end à Venise

Bon, ben on a vraiment des vies de fous, hein! Un mois que je suis rentrée de mon week-end rooooooooooomantique à Venise avec l’Homme et pas encore trouvé une minute pour vous en parler! Pfffffffff!!!!

Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, voici un petit post sur cette destination qui est assurément l’une des plus belles et atypiques au monde (mais aussi l’une des plus touristiques: fallait rudement jouer des coudes pour se prendre en photo devant les monuments, au milieu d’une horde de visiteurs farouches!).

Bon, des bons plans, tout le monde vous en donnera. En ce qui me concerne, n’ayant passé que quatre jours dans la Sérénissime, je n’ai pas l’apanage de découvertes qui prétendent supplanter les autres ou se veulent hors du commun. Sachez seulement qu’on a aimé:

Enormément:

– le tour en gondole au gré des canaux avec les gondoliers qui engueulent les chauffeurs de vaporatti et de water taxi, italian style

– manger des plats locaux au Campo Santo Stefano

– marchander avec les vendeurs de contrefaçons près de l’Accademia et acheter un sac Prada pour 20 euros

– faire une razzia dans la magnifique enseigne de parfumerie Santa Maria Novella à San Samuele dont l’eau de Cologne à l’ambre est une pure merveille

Beaucoup:

– manger une glace le soir dans le quartier du Rialto en flânant et en regardant les galeries d’art

– voir la démonstration d’un souffleur de verre à Murano

Pas du tout:

-la presque émeute pour monter à bord des vaporetti qui ressemblent furieusement à des boat people tant ils sont plein à craquer

On a raté (mais il paraît que c’est super!):

– la visite “Itinéraires secrets” du Palais des Doges où l’on peut visiter salles cachées et passages interdits

– la station balnéaire surannée du Lido où l’on peut faire de longues ballades à vélo en bord de mer

Enfin, pour finir, voici les obligatoires clichés pris par mes blanches mains:

IMG_1042 IMG_1079 IMG_1096 IMG_1117 IMG_1123 IMG_1142 IMG_1167 IMG_1273Allez! A très vite pour vous parler de l’île de Burano! Bon aprèm ensoleillé, où que vous soyez!