Où manger du fromage suisse de bonne qualité à Vienne?

Bon, voui, maintenant la Suisse n’a pas trop trop la cotte dans le paysage européen. Mais sachez, qu’outre des gens qui votent pour des initiatives d’extrême droite mal fagotées, nous avons aussi de grand trésors culturels et culinaires. Et le fromage en fait partie.

Raclette, fondue, vieux gruyères ou goûteux emmentals, sachez que vous pouvez trouver cela à deux adresses à Vienne:

Tout d’abord le restaurant Chameleon, dans la Blutgasse, 1er District, où vous serez très bien accueillis et servis dans toute la tradition suisse. C’est également le lieu de rencontre des Suisses de Vienne, tous les premiers jeudis du mois dans la soirée. Vous y trouverez moult sortes de fondues, conventionnelles ou plus rares, et d’autres mets au fromage.

Vous pouvez visionner le petit film de présentation ici.

Si vous voulez faire cela plutôt chez vous, vous pouvez acheter votre fromage ou mélange chez Herr Koch, à la Wollzeile 15, toujours dans le 1er District. Un service de qualité, un fromage d’exception et un accueil chaleureux vous sera réservé.

der-schweizer-sc

 

Voilà! Et maintenant, profitez car le printemps s’annonce et que la fondue, c’est toujours meilleurs par une froide soirée….

“Pleine Lune: Riley Jenson tome 1” de Keri Arthur

riley-jenson,-tome-1--pleine-lune-49910

 

Ouuuuuuuuulala!!! Attention: lecture addictive!!! Hé oui, aujourd’hui je vais vous parler d’un gros coup de coeur que j’ai découvert grâce à mon amie Perrine qui se reconnaîtra.

D’abord, il faut que je vous avoue que la bit lit, c’est pas trop trop mon truc. Oui, bon, j’ai dévoré Twilight, comme tout le monde, mais ça s’arrête là et les histoires de vampires, loups garous et consorts envahissent un peu trop, à mon sens, les rayons des librairies destinés, toujours selon moi, à un public adolescent. Alors attention, attention! Accrochez-vous bien à votre slip (ou à votre string léopard), car avec Keri Arthur, ça déménage!

Sexe, suspense, sexe, mutations génétique, sexe, amour, sexe et…. oui, vous l’avez compris, encore du sexe. Mais du sexe bien. Du sexe même qui renvoie Christian Grey et Ana dans leurs buts.

L’histoire est celle de Riley. Evoluant dans un futur ou vampires, loups-garous, métamorphes et autres créatures de la nuit vivent en -presque- parfaite harmonie avec les humains, elle occupe un poste administratif dans une espèce de super police des non-humains qui promeut la bonne entente de toutes ces espèces. Riley est elle-même une créature rare: mi-vampire mi-loup garou, elle ressent, à l’instar de ces seconds, le besoin irrépressible de s’accoupler de manière sauvage une semaine avant la pleine lune. Or, c’est en cette période de chaleur lunaire que vont arriver divers incidents pour le moins étranges: Rohan, son frère jumeau disparaît tandis que le vampire le plus sexy qu’elle ait jamais rencontré se retrouve nu sur son palier. Tout cela alors que des créatures étranges sont à sa poursuite pour la tuer. Décidément, Riley a bien des ennuis. Surtout quand tout ce qui lui importe dans l’instant est de s’envoyer en l’air, voyez-vous.

Bref, c’est bien, c’est drôle, c’est émoustillant et… il me faut la suite de toute urgence car c’est aussi très bien ficelé et que la fin vous laissera… sur votre faim!

L’église de Steinhof, une comète atypique dans le paysage viennois

IMG_4348 IMG_4352 IMG_4353 IMG_4357 IMG_4360 IMG_4364 IMG_4367 IMG_4368

 

Elle est bien étrange, cette église de Steinhof. Bien étrange et presque inquiétante. Sise dans l’enceinte du très glauque hôpital psychiatrique Otto-Wagner, vous ne l’atteindrez qu’au terme d’une ascension du site au cours de laquelle vous aurez senti votre angoisse monter de façon proportionnelle à la topologie du terrain.

Mais commençons par le commencement: lorsque mon amie Corinne est venue me rendre visite quelques jours dans la capitale autrichienne, elle a cherché à voir des lieux sortant un peu de l’ordinaire. C’est donc le site internet Trip Advisor qui nous a mises sur les traces de cet étrange endroit, situé aux abords solitaires du retiré 14ème District.

A notre arrivée, nous nous sommes déjà trompées d’entrée dans le très étendu centre psychiatrique Otto-Wagner, ce qui nous a valu une plus longue ballade entre les pavillons aux fenêtres barricadées et aux balcons grillagés. Sympa.

Puis, l’arrivée à l’église de Steinhof.

Atypique, sublime, certes, avec ses dorures mais sinistres avec ses nombreuses couronnes qui semblent porter un deuil éternel, elle a l’air d’être un havre de quiétude contrôlée et précaire.

Le silence. Voilà ce qui entoure ses murs énigmatiques et fermés au public la semaine. Sur l’esplanade où elle trône, solitaire et inquiétante, seules quelques âmes isolées viennent à se recueillir/s’aventurer. Ou, de temps en temps, un joggeur indifférent ou un promeneur accompagné d’un chien vienne interrompre sa longue mélancolie.

Bref, une ballade insolite et déroutante. Mais un site de toute beauté. Allez-y (bien) accompagné.

“La vie rêvée de Walter Mitty” de Ben Stiller

The-Secret-Life-of-Walter-Mitty-Affiche-Ben-Stiller

 

Un samedi soir, une envie de ciné à deux. Et un film qui passe depuis quelques semaines et dont on entend le plus grand bien. Voilà ce qui a amené l’Homme et votre Brunette, hier soir, au Haydn Kino de Vienne pour voir “La vie rêvée de Walter Mitty”, film réalisé et joué par Ben Stiller.

L’histoire est celle de Walter Mitty, comme le nom sur l’affiche l’indique, un homme ordinaire qui se projette dans ses rêves pour échapper à un quotidien pas forcément très affriolant: un chef qui le méprise, une collègue dont il est épris et qui semble ignorer son existence et un boulot pas très marrant. Mais qui lui permet tout de même de subsister financièrement. Ainsi, lorsqu’il risque de perdre ledit boulot, Walter Mitty se lance dans une course éperdue et déjantée à la recherche d’une photo sensée représenter la quintessence de la vie et dont la quête le changera à jamais.

Loufoque, déjanté et bizarre, ce film, bien qu’attachant, a peiné à me séduire. Je l’ai trouvé un peu trop long… et un peu trop tiré par les cheveux. Je sais, je sais: je vois déjà venir ceux qui me diront que c’est une sorte de conte initiatique et qu’il faut le prendre au troisième du second degré. Soit. Il n’empêche que je l’ai trouvé plaisant, sans plus. Bon point: un Ben Stiller sexy qui vieillit plutôt bien. Sinon, et bien allez-y si vous n’avez rien de mieux à faire.

Bon dimanche!

Votre Brunette