“D’une tonne à un tout petit poids”, nouvel album de Renan Luce

chronique-renan-luce-d-une-tonne-à-un-tout-petit-poids-cover

 

Renan Luce est un très grand artiste. Indubitablement. Un de mes préférés, même, tant ses chansons sont empreintes de ce petit quelque chose d’incroyablement touchant, de terriblement personnel et qui, pourtant, nous colle au corps comme une expérience vécue, une impression de déjà vu auquel on s’identifie sans peine.

Entre humour, tendresse, émotion, lyrisme, il nous dévoile avec talent dix nouveaux morceaux plus trois repris en version acoustique qui sonnent de façon jubilatoire comme un nouvel album extrêmement réussi.

Du très poétique “Voyager” à l’intrigant “La boîte” en passant par les très drôles “Au téléphone avec maman” ou “Amoureux d’une flic”, sans oublier l’entêtant “Damoclès”, vous serez certainement touchés par le magnifique “Appelle quand tu te réveille”. Bref, treize pépites qui portent bonheur et qui au final, nous touchent en plein coeur comme on exulte.

Magnifique et touchant. Bravo, Chapeau bas, Monsieur Luce! Continuez de nous enchanter, vous faites ça si bien!

Franz Sedlacek au Wien Museum de Karlsplatz

img_600x600

 

Si vous êtes à Vienne d’ici au 21 avril de cette année, courrez voir l’exposition du Wien Museum de Karlsplatz consacrée au peintre Franz Sedlacek!

Intitulée “Chimiste de la Fantaisie”, cette expo, où les oeuvres de l’artiste sont accrochées sur des murs noirs et très peu éclairées met en valeur un peintre dont les clairs obscurs sont lumineux et impressionnants. On dirait que les contrastes entre le sombre et le clair sont le produit d’un éclairage derrière les tableaux. Les couleurs sont sublimes et intenses et les personnages d’un charmant bizarre!

En ce qui me concerne, et sans être une grande connaisseuse en la matière, j’ai adoré ce travail magnifique et sa très belle mise en valeur.

A ne pas louper!

“Le baiser du mal” de Keri Arthur (Riley Jenson t.2)

10015_637916

 

Ça y est: je suis accro! Fin du second tome et, déjà, je me jette avec délectation dans le troisième!

Riley Jenson tome 2, donc. “Le baiser du mal”. Même si, je vous l’avouerais, je n’ai pas encore très bien assimilé le pourquoi du comment du titre, j’ai adoooooooré cette deuxième partie des aventure de notre héroïne, mi loup-garou mi vampire, qui avec sa bande de personnages aussi intéressants et sexys qu’inquiétants lutte contre des criminels qui travaillent sur les manipulations génétiques afin de créer le soldat parfait.

Dans ce second volet, Riley se réveille nue et amnésique dans un centre qui sert de laboratoire secret pour fabriquer des êtres hybrides. Durant sa fuite, elle libère le très sexy Kade, un métamorphe cheval qui possède toutes les capacités anatomiques des étalons. Assistée par Jack, son chef, Rhoan, son frère jumeau et Quinn, son amant vampire, Riley va mener une croisade contre l’abomination que sont ces expériences contre nature. Tous ça dans un climat de luxure et d’action car on le sait désormais: Riley n’est jamais rebutée par une petite partie de pattes en l’air, même lorsqu’il s’agit de ses ennemis.

Bref, tous les éléments qui m’avaient séduite dans le premier tome ne m’ont pas fait défaut dans cette suite menée tambour battant par une Keri Arthur très inspirée. Il s’agit encore d’un vrai “page turner” qu’on ne peut reposer qu’après en avoir lu la dernière ligne!

J’aime, j’adore, j’en redemande! Ça tombe bien, il en a neuf tomes! Hi-ha!

“Her”, un film de Spike Jonze

20663809

 

Hier soir, l’Homme et votre Brunette sont allés voir “Her”, film préalablement encensé par la critique et au scénario alléchant.

En effet, l’histoire, qui se passe dans un futur proche, met en scène Theodore (Joaquim Phoenix), un homme tourmenté, en plein divorce difficile, qui décide de faire l’acquisition du tout dernier logiciel hi-tech à la mode. Intitulé OS 1 pour “Operating System”, cet assistant personnel dernier cri est intuitif, intelligent et adapté à la personnalité de son propriétaire. C’est ainsi que Theodore fait la connaissance de Samantha, son OS. Drôle, compréhensive et terriblement humaine, elle va devenir tellement présente et vivante dans la vie de Theodore que tous les deux vont entretenir une relation amoureuse, envers et contre tout, coupant peu à peu Theodore du monde réel.

Ce film a un côté terrifiant: serons-nous, dans un futur proche, tous accros à nos ordinateurs à tel point que nous ne communiquerons plus avec de vrais humains? L’OS, solution de “facilité”, toujours disponible et à l’écoute remplacera-t-il les relations interpersonnelles entre les Hommes? Et, sur le long terme, jusqu’à quel point serons-nous assujettis par la machine? L’intelligence artificielle peut-elle remplacer le vrai amour? N’avons-nous plus besoin de contact physique?

Etonnant et troublant le questionnement que nous pose ce film. Perturbant, aussi. Car, derrière la romance qu’il nous dépeint se cache une face terriblement pathétique.

Bref, un long métrage intéressant et fort, si l’on fait abstraction du fait qu’il est peut-être un peu long. Mais ma foi, la réflexion a un prix.

Bonne séance!