“C’est ici que l’on se quitte”, un film de Shawn Levy

C_est_ici_que_l_on_se_quitte

Adapté d’un roman de Jonathan Tropper, “C’est ici que l’on se quitte” est une petite comédie familiale sans prétention mais non sans imagination.

L’histoire est celle d’une famille (Hillary, la mère, Paul, Judd et Philipp, les trois frères et Wendy la soeur) dont le patriarche vient de décéder. Alors que tous sont dans des situations sentimentales et personnelles compliquées, ils se voient obligés de respecter les dernières volontés du défunt: vivre ensemble sept jours sous le même toit. Alors il y a Hillary, donc, la mère, écrivain, désinhibée qui vient de se faire refaire la poitrine, et puis il y a aussi Judd, qui vient de découvrir que sa femme le trompe avec son boss. Ou encore Paul, qui essaie désespérément d’avoir un enfant avec sa femme. Ou Wendy, qui semble être une mère comblée mais qui ne peut s’empêcher de penser à son amour de jeunesse. Et, pour finir, Philipp, le cadet, immature mais qui sort avec une femme plus âgée. Tout ce petit monde va tenter de mener sa barque du mieux qu’il le peut pendant les sept jours que la tradition juive leur impose de passer ensemble.

Sur l’affiche du film, on peut lire: “Bienvenue à la maison! Mettez-vous mal à l’aise”, et je pense que ça résume plutôt bien l’idée du film. Des personnages qui ont de la peine à s’accommoder les uns les autres, principalement car leurs propres problèmes les amputent de leur empathie. Et, même si vous n’allez pas passer votre soirée à rire franchement, cette petite comédie est idéale pour passer un bon moment de détente. Sans réellement être le meilleur film de l’année dans son genre, elle est pleine de tendresse et vous vous attacherez facilement aux personnages.

Allez-y si vous ne savez pas quoi faire de votre soirée. Sinon, tant pis.

 

Notre soirée chez Flatschers à Vienne….

DSC02925 _S283312sml flatschers2

Bon ben voilà, déjà, vous me direz, les photos de ce poste ne sont même pas de moi. Et vous n’aurez pas tort. Mais, à ma défense, j’ai passé une soirée tellement déconcertante au restaurant Flatschers à Vienne, que je n’ai même pas pensé à faire quelques clichés.

Il faut dire que, de toute façon, il y avait tellement de monde que ça n’aurait pas donné grand chose et que les tables étaient si serrées les unes contre les autres qu’on peinait presque à couper sa viande.

Mais commençons par le commencement:

Votre Brunette et son Prince avaient été passablement alléchés par la publicité rigolote et immanquable qui s’étalait il y a quelques mois sur tous les murs de Vienne et qui clamait que “un steak sans légumes, c’est comme un poisson sans vélo”. Marrant, jusque là.

Car, en effet, Flatschers, sous ses airs de restaurant parisiano-américano-viennois, s’engageait, semble-t-il, à vous faire déguster des mets à base de viande de boeuf qui tabassent sa mémé.

Ceci dit, pour nous, la déception a été grande: D’abord, l’arrivée dans un restaurant bondé: la réservation? Heu…. Oui….. Haaaaaaaa! Vous aviez réservé???? Boooooon, ben on va vous trouver une place, alors! Puis, ouf! Un serveur retrouve, par hasard, la table retenue à notre nom.

Une fois assis, on vient, au bout d’un long moment, prendre notre commande. Mais seulement pour les boissons (alors que nous avions eu largement le temps de choisir ce que nous voulions manger). La commande pour le repas, nous dit-on, c’est “plus tard”. Hin-hin. Bon.

Pendant ce temps, on essaie de discuter pour patienter, mais le volume sonore est si élevé qu’il est difficile de s’entendre (précision: nous étions au restaurant et non au bistrot-bar).

Finalement, un serveur semblant au bord de la crise de nerf vient prendre notre commande. Il n’y a clairement pas assez de personnel dans ce local.

Nous avons été chanceux: nous avons été servis après quarante-cinq minutes post commande. Nos voisins de table, eux, ont dû attendre une heure leur burger et steak-tartare. Lorsqu’ils se renseignent gentiment sur le temps d’attente restant, on leur répond que le local est plein et qu’il faut patienter. Well…

En ce qui nous concerne, nous avions pris un châteaubriant pour deux. Il est arrivé tiède et nous l’avons mangé quasi froid, malgré une pseudo plaque chaude placée sous le plat.

Ah! Quant à ces fameux légumes dont parlait la pub, et bien, si vous vous demandiez, il s’agissait de deux-trois pois mange-tout et patates cuits à l’eau et complètement inintéressants.

Dernière déconvenue: avec le dessert, n’ayant plus rien à boire, nous avons commandé un soda (petit). Finalement, il n’est jamais arrivé avec le dessert mais on nous a apporté un  soda (grand)… en même temps que l’addition. Sympa non?

Et tout ça pour un prix bien supérieur à la prestation.

Bref, visiblement, les gens de Flatschers ont encore un ou deux trucs à apprendre sur le service et la gastronomie à la française!

“Oreflam”, nouvel album de Luc Arbogast

Luc-Arbogast

Voilà sans doute l’album le plus atypique sur la scène française en cette rentrée. En effet, avec “Oreflam”, le chanteur et musicien Luc Arbogast nous invite dans sa ronde de chansons d’inspiration sur le thème du Moyen-Age.

Avec des instruments disparus et une voix qui varie entre le très grave et le très aigu, il interprète des morceaux aussi bien sur l’amour, la mort, la peur et le travail aux champs qui faisait la vie du peuple au temps des rois de France. Dans une langue inventée, inspirée d’occitan, d’ancien français et d’allemand médiéval, Luc Arbogast nous transporte dans cette époque si riche et si pauvre à la fois que fut le Moyen-Age.

Des mélodies tantôt mélancolique, tantôt festives ou inquiétantes qui vont de ritournelles au thème désormais bien connu de la série Game of Thrones.

Bref, un album qui offre un beau voyage dans le passé, tout en lumière et en ténèbres.

Une très belle rencontre musicale à découvrir!

“A coup de rêves”, nouvel album de Ben l’Oncle Soul

1507-1

Décidément, je ne vous parle que de musique en ce moment, mais la rentrée a, ma foi, été prolifique en galettes réjouissantes.

Donc, aujourd’hui, j’appelle à la barre Ben l’Oncle Soul. Avec un nouvel album soul, comme son nom l’indique, mais pas seulement, l’artiste français signé chez Motown nous livre un nouvel opus qui fait bien plaisir.

En effet, ceux qui ont aimé ses précédents albums, retrouveront avec joie ses rythmes groovy à souhait, en français comme en anglais, et son sens de la mélodie obsédante.

Une belle énergie et un style bien à lui font de Ben l’Oncle Soul un ovni du paysage musical de la chanson francophone.

Vous allez adorer des titres comme “A coup de rêves”, “Ailleurs” et “You got my back”.

On en reprend donc avec un certain bonheur! Dépêchez-vous de découvrir cette merveille!

“Dans la peau”, nouvel album de Camélia Jordana

1585950-cam-eacute-lia-jordana-dans-la-peau-950x0-1

La bonne nouvelle de la semaine dernière, c’était la sortie du très beau nouvel album de Camélia Jordana, intitulé “Dans la peau”.

Une artiste qui a son groove bien à elle, donc. Un style très personnel mais extrêmement plaisant et, même s’il faut plusieurs écoutes pour s’approprier ce nouvel opus très planant et même plutôt étrange, il révèle pleinement sa saveur généreuse et goûteuse qui ne trahit pas la chanteuse et, au contraire, affirme son caractère et sa personnalité si intéressants.

Des mélodies envoûtantes, des textes surprenants, des rythmes à contre-pied et cette voix! Cette voix toujours chaude et enveloppante qui est désormais la marque de Camélia Jordana. Cet album est comme un voyage sur un bateau ivre: fou et improbable mais de ceux qui vous bouleversent!

Bref, c’est bon, c’est même très bon et plus encore!

Courez le découvrir!

“Le gâteau magique” de Christelle Huet-Gomez

Unknown

Si vous n’en avez pas encore entendu parler, c’est que vous étiez dans l’espace à réparer des satellites au cours des derniers mois!

En effet, on le voit partout, le gâteau magique! Et surtout sur le net qui lui fait la part (la tranche?) belle!

Récapitulatif: le gâteau magique, c’est un type de gâteau obtenu grâce à une seule préparation qui se transforme à la cuisson pour obtenir trois couches: un flan, une crème et une génoise.

Si l’idée paraît fantastique et va très vite mettre d’accord gourmands et marmitons, sachez qu’un gâteau magique réussi demande quand même de ne pas déroger à certaines règles et que, sur la foultitude de recettes qui circulent sur la toile, nombreuses sont un peu olé olé!

Si vous voulez être sûr d’impressionner vos invités / votre famille / vos collègues, procurez-vous de toute urgence LA bible du genre: le livre de Christelle Huet-Gomez.

Issu des meilleures recettes de son blog, vous découvrirez ici des tonnes d’astuces et de possibilités différentes, même salées!

Bref, si vous invitez belle-maman ce dimanche, gageons que vous allez l’épater!

Merci qui?

“Les feux d’artifice”, nouvel album de Calogero

calogero-2014

Il y a quelques jours, je vous parlais de Bénabar en vous disant, en substance, qu’avec lui, jamais de mauvaise surprise, l’artiste nous livrant toujours un peu de la même sauce efficace. Et bien, pas tout à fait dans le même registre mais bien dans le même ordre d’idées, j’appelle à la barre Monsieur Calogero.

Une pop élégante et plaisante, des mélodies entêtantes et obsédantes même, l’artiste nous offre, une fois encore, avec cet album “Les feux d’artifices”, ce qu’il sait faire de mieux: un style sans surprise, certes, mais que l’on adore retrouver à chaque fois.

L’album se décline en douze nouvelle chansons dans la plus pure veine de Calogero. Donc du très bon. Si, comme moi, vous êtes un fan, vous ne serez absolument pas déçu.

Une très bonne note, en général, et une mention “très bien” en particulier pour les morceaux “Avant toi”, “J’ai le droit” et “Conduire en Angleterre”.

Bref, un excellent nouvel album d’un artiste qu’on ne présente plus.

Bonne écoute.

“Inspiré de faits réels”, nouvel album de Bénabar

5260-benabar-album-inspire-de-faits-reels-sortie-25-aout-2014

Moi je l’aime bien Bénabar. Parce que, depuis maintenant de nombreuses années, il fournit avec constance un travail de qualité qui me fait toujours extrêmement plaisir.

A chaque nouvel opus, à défaut d’une grosse surprise, on retrouve son humour, son charme et son énergie communicative. Avec toujours une petite dosette d’émotion, comme dans la très belle chanson “Titouan” par exemple.

Donc, cet dernier album en date, intitulé “Inspiré de faits réels”, est à nouveau un concentré de ce que Bénabar sait faire le mieux: des chansons aux mélodies agréables et plaisantes et aux textes à la fois rigolos, émouvants et comme le dit le nom de l’opus, inspirés de faits réels.

Avec douze nouvelles chansons et cinq bonus, l’artiste nous ravit une nouvelle fois. En ce qui me concerne, j’ai adoré le génial “Coming In”, le marrant “Gilles César” et le sublime “Titouan”, que j’ai déjà cité plus haut.

Bref, Monsieur Bénabar, ne changez rien car c’est comme ça qu’on vous aime.

Sans doute un des albums indispensables de la rentrée!

 

“Sex Tape”, un film de Jake Kasdan

stape2014

Je vous avouerais franchement qu’on avait un peu choisi ce film par défaut, parce qu’on avait envie d’un petit ciné tranquille et pas trop prise de tête. Et bien, vous ne pouvez plus ignorer que ce film est l’un des plus drôles que j’aie vu depuis un sacré bout de temps.

Drôle? Hilarant plutôt! Car d’apparence sans prétention, “Sex Tape” est un petit bijou d’humour contemporain.

Le pitch? Jay et Annie sont toujours très amoureux, mais, depuis leur mariage et la naissance de leurs enfants, ils n’ont plus le temps/l’occasion/l’énergie de faire l’amour. Or, un soir, ils décident de confier lesdits enfants à la mère d’Annie et de batifoler toute la nuit comme à leurs débuts. Après une amorce laborieuse, Annie propose, pour pimenter leurs ébats, de tourner une sex tape… qu’ils oublient d’effacer à leur réveil. Et hop! Tout part sur le Cloud et le risque que leur vidéo soit diffusée à large échelle se fait soudain plus précise lorsque Jay reçoit un SMS explicite. Commence alors une course contre la montre pour essayer d’empêcher ce désastre et, par là-même, un enchaînement de situations aussi pitoyables que drôlissimes!

Avec Cameron Diaz et Jason Segel dans les rôles principaux, “Sex Tape” est une pépite de divertissement. Allez le voir si vous avez le blues, gageons qu’ils vous arrachera au moins quelques francs éclats de rire!

Bonne séance!

“Histoire de J.”, nouvel album de Jeanne Cherhal

1660752_10152233076695138_26015778_n

Jeanne Cherhal est une femme intelligente, en plus d’être une artiste talentueuse. Son nouvel album, le sublime “Histoire de J.” en est, une nouvelle fois, une preuve éclatante.

Chanteuse engagée pour la condition des femmes dans le monde comme on la connaît depuis ses débuts, elle démontre une fois encore, qu’elle n’a pas son pareil pour dépeindre la féminité sous tous ses aspects les plus amusants, touchants ou même parfois étranges.

Artiste aux textes inspirés et magnifiques, elle est également une musicienne dont les mélodies vous hantent rapidement le jour comme la nuit.

Aussi incroyable que ça puisse paraître, elle parvient, à chaque nouvel album, à créer quelque chose d’encore plus parfait, d’encore plus abouti.

J’ai tout aimé sur cet album. Et je suis passée par tout un panel d’émotions diverses.. J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai été bouleversée, transcendée, bousculée, ravie et même comblée.

Bref, je vous conseille chaudement d’y jeter rapidement une oreille plus qu’attentive car “Histoire de J.” est une pépite d’or.

Bonne écoute.