“Apprenti gigolo”, un film de John Turturro

149022

Un film avec Woody Allen qui ne serait pas réalisé par Woody Allen? Ouiiiiiiiiiiii! Mais alors très Woody Allenien, donc. C’est ainsi que le film de John Tuturro avec Woody Allen et John Turturro (vous me suivez?) reste tout à fait dans le style du plus névrosés des réalisateurs new-yorkais!

Mais voilà un très très beau film, tout en délicatesse et en sensibilité. Bref, un film qui fait du bien à l’âme.

L’histoire est celle de deux amis, Murray (Woody) et Fioravante (Turturro). Le premier est libraire et le second fleuriste. Tous deux ont des problèmes d’argent. C’est ainsi que le premier propose tout naturellement au second de devenir son proxénète. Fioravante trouve d’abord l’idée grotesque puis accepte. L’aventure dans laquelle il va s’embarquer va changer un certain nombre de vies. Car comme le résume une de ses clientes (magnifique Vanessa Paradis en veuve juive), il “amène de la magie dans la vie des femmes seules”.

Ce film a d’abord l’air d’un petit film anodin et sans prétention mais il sème dans son sillage une telle dose de romantisme et de poésie! Attention, cependant! On est bien loin de la comédie sentimentale hollywoodienne un peu too much. Ici, il n’est question que de délicatesse et de tendresse. Un vrai moment de réconfort. J’ai adoré!

Allez le voir sans attendre, c’est un petit bijou!

“Dracula Untold”, un film de Gary Shore

dracula-untold-0v

Bon, ben à la base, je suis pas trop trop fan de vampires, je l’avoue. Mon engouement pour eux se limite à Twilight, vous voyez? Voilà. Mais, pour apprécier le “Dracula Untold” de Gary Shore, point n’est besoin d’avoir des tendances gothico-gore ou, plus simplement, vampire-friendly. Non, il est plutôt question ici de s’intéresser à un pan obscur de l’histoire du quinzième siècle.

En 1462, le prince Vlad III de Valachie règne sur une partie de la Transylvanie dans une paix précaire conclue avec l’Empire Ottoman au prix des nombreux sacrifices concédés par son peuple et sa famille. Mais, lorsque le sultan Mehmet II, souverain des Turcs, menace de remettre cette paix en cause si Vlad ne livre pas mille jeunes garçons pour combattre dans les rangs ottomans, Vlad s’insurge. D’autant que le sultan réclame également son propre fils bien-aimé. Vlad refuse donc le marché, exposant ainsi son peuple à une guerre qu’il n’a aucune chance de gagner. Désespéré et acculé, Vlad va chercher secours auprès d’une créature sombre rencontrée dans la montagne. Celle-ci lui offre le moyen d’obtenir la victoire mais à quel prix?

Voici donc l’histoire de Dracula racontée autrement, à la lumière du désespoir d’un homme bon mais prêt à tout pour sauver ceux qu’il aime. On le suit comme une ombre dans son pacte avec le mal, dans sa transformation et dans la découverte et l’aversion de ce qu’il est devenu.

Un très beau film, déroulé comme un conte noir et triste mais illuminé par une flamme qui ne s’éteint même pas avec son dénouement. Magistral.

 

“Everything will be alright in the end”, nouvel album de Weezer

weezer-608x611

Il est biiiiiiiiiieeeeeeeen! Il est même très très très bien le nouvel album de Weezer!!!

Intitulé “Everything will be alright in the end”, le dernier opus du quatuor de Los Angeles se classe incontestablement parmi les meilleurs de leur palmarès à ce jour.

Produisant toujours une power-pop mélodique et tout en finesse avec des textes plein d’humour, le combo de Rivers Cuomo parvient toujours à trouver la formule qui marche, même vingt-deux ans après sa création.

Pour preuve, ce recueil de treize titres extrêmement réjouissants et festifs comme le génial “Da Vinci”, les amusants “Cleopatra” et “Foolish Father” et le très rock “Ain^t got nobody” ainsi que tout ensemble du répertoire de ce CD qui fait vraiment plaisir!

Bref, voilà une petite galette pleine d’énergie à déguster avec votre petit-déj’ pour bien démarrer la journée!