“Ange et Gabrielle”, un film d’Anne Giafferi

389669

Je vous en parlais hier en vous narrant ma passion pour son nouveau disque, mais voilà, je détaille: le nouveau film avec Patrick Bruel est très très bien. D’abord parce que l’histoire est jolie, romantique et légère sans être nunuche, ce qui, par les temps qui courent, est une vraie bénédiction.

“Ange et Gabrielle”, donc, d’Anne Giafferi, débute lorsque ladite Gabrielle (Isabelle Carré, resplendissante) déboule dans la vie d’Ange (Patrick Bruel) pour lui annoncer que sa fille de dix-sept ans est enceinte de son fils. Sauf que Ange, noceur et célibataire endurci, n’a pas du tout connaissance d’avoir un fils. Débute alors une histoire pleine de rebondissements, drôle et touchante, s’articulant autour de deux protagonistes très différents mais qu’on a hâte de voir réunis.

Bref, un bien chouette film, porté par le duo Bruel-Carré qui fait la différence et qu’on aime tout de suite. Toujours très charmant comme à son habitude, Bruel nous fait rêver, bien qu’il incarne un personnage censé être odieux.

Alors si vous ne savez pas quoi faire ce soir, pourquoi pas une toile?

 

“Très souvent je pense à vous…”, nouvel album de Patrick Bruel

a-PATRICK-BRUEL-640x468

Ouuuuuuulala!!!! Désolée!!!! J’ai tout plein de retard avec mes posts et tellement de belles choses à vous parler! Dans le doute d’y parvenir et faute d’un temps qui file impitoyablement, j’ai dû faire un mini tri et décider de quoi je voulais vous parler en premier. Mon choix s’est donc porté sur l’incroyable nouvel album de Patrick Bru-bru, album de reprises de Barbara intitulé “Très souvent je pense à vous…”.

Bon, pour commencer, il est épatant ce Patrick Bruel. Que ce soit au cinéma avec une actualité également à ne pas louper (le génial “Ange et Gabrielle”, dont j’espère trouver le temps de vous parler dans un prochain article également car il fauuuuuuut aller le voir!!!) mais aussi avec cet incroyable album qui permet de découvrir ou redécouvrir l’univers flamboyant d’une Barbara dont la façon de chanter ses textes n’est pas toujours facile d’accès. En effet, j’avoue avoir eu un grand plaisir à entendre ces reprises par la voix douce, chaude et enveloppante de Bruel. Il a su revisiter et s’approprier ces chansons tout en leur laissant leur âme et leur vie propre.

J’ai été touchée, émue aux larmes par des titres comme “Drouot”, “Vienne” (qui avait déjà été magnifiquement reprise par William Sheller), “Le mal de vivre” ou encore “Göttingen”.

Bref, un très beau recueil et encore une manière pour Patrick Bruel de s’imposer comme un artiste que le temps ne cesse de bonifier. Divin.