Ah ben on r’viendra (ou pas!)

C’est dimanche dernier qu’un couple de nos amis a eu l’Idée: « Et si on se faisait un petit cinéma open air? »
« Pourquoi pas? ai-je répondu. On irait voir quoi? » « C’est pas important ça! a décrété l’Homme. Ce qui est chic, c’est d’être en plein air! »
Ceux qui ne connaissent pas l’Homme ne peuvent l’ignorer plus longtemps: c’est un grand idéaliste. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à aller au rendez-vous fixé par lesdits amis dans un open air près de chez nous sans savoir exactement quel film était projeté. C’est l’ami de l’Homme qui avait tout organisé. « ça va être super », nous avait-il assuré avec enthousiasme.
Au départ, ça s’annonçait bien: la projection avait lieu dans le cadre idyllique du parc viennois d’Augarten. Il s’agissait d’une espèce de petit cinéma sauvage-altermondialiste mais plein de charme.
Nous prenons donc notre billet et allons nous asseoir. C’est là que j’ai vu le premier.
Un moustique. Non, pas un, dix, cent, non, mille! L’endroit était infesté de moustiques qui, à peine nous nous sommes assis ont commencer à nous trouer la peau de toutes part.
On se serait cru dans le Marais de Alligators, les alligators en moins. « Je reste pas! » annonçai-je à l’Homme au bout de dix minutes où j’avais déjà accumulé le palmarès de douze piqûres.
« C’est dommage! dit l’Homme. Attends au moins de voir le film! »
Laurell et Hardy! C’était une projection de Laurell et Hardy « remise au goût du jour », qu’y disaient. Je vois pas trop ce qui avait été remis au goût du jour. En tout cas pas les vieux gags pourris pas drôle!
J’ai lamentablement pris la fuite au bout de quinze minutes, pile au moment au Hardy tombe pour la troisième fois dans l’étang. C’était trop pour moi.
J’ai planté tout le monde là, je suis rentrée à la maison, ai branché la prise anti-moustiques, allumé le ventilateur et j’ai mangé une glace.
Je sais, je suis une pétasse de citadine. Mais bon. En même temps, j’assume.

4 réflexions sur « Ah ben on r’viendra (ou pas!) »

  1. C’est pas pour te relancer mais chez moi, 12 piqures, c’est rien! J’ai beau avoir une maison superbe, une immense cour, je ne peux pas passer de ma voiture à la maison sans avoir ca, 12 piqures! Mais heureusement le mois d’aout est plus clément pour mes pauvre jambes…. alors viens faire un tour chez moi, mais en hiver!
    bisous Nouchki!

    p.s moi je me dis que c’est parce qu’on est trop savoureuse, personne ne peut se passer de nous, meme pas les moustiques!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *