« Caramel », un film libanais aigre-doux

Coucou à tous!

Hier soir, mon amie Corinne et moi sommes allées voir « Caramel » au cinéma. Un film libanais aigre-doux et doux-amer entre comédie tendre et histoire triste.

A Beyrouth, dans un salon de beauté dont la deventure s’effrite, cinq femmes se retrouvent pour partager leurs histoires de vies, leur vécu, leurs destinées. Cinq femmes que rien ne rapproche si ce n’est une incroyable amitié. Layale aime un homme marié dont elle espère qu’il quittera sa femme pour elle. Nisrine va bientôt se marier mais elle n’est plus vierge. Rima est attirée par les femmes, Jamale obsédée par son apparence et terrifiée à l’idée de vieillir et, enfin, Rose a toujours tout sacrifié pour s’occuper d’une vieille soeur démente qui passe son temps à la houspiller. Entre elles cinq, au salon « Si belles », elles devisent et débattent sur la vie, s’aidant et se soutenant quand la coupe déborde un peu trop.

J’ai beaucoup aimé ce film brillant et exotique. Ces femmes à la coquettrerie décalée et libérée. J’ai été émue jusqu’aux larmes par leur histoire, qui peut bien être celle de beaucoup d’entre nous aux quatre coins du globe. Elles sont révoltées et touchantes aussi bien que résignées et décourageantes parfois. Mais, au fond, ce sont des femmes comme tant d’autres avec leurs combats et leurs défaites.

On notera au passage que la sublime Layale, le personnage principal de cette histoire magnifiquement interprêtée, n’est autre que Nadine Labaki, réalisatrice du film.

Une belle découverte donc, douce et savoureuse comme du caramel.

Bon film. Bec de votre Brunette

1 réflexion sur « « Caramel », un film libanais aigre-doux »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *