Richard Greaves l’ Anarchitecte

Aujourd’hui, je vais vous parler une nouvelle fois d’un artiste que j’ai découvert à la Collection de l’Art Brut à Lausanne.

Il s’agit de Richard Greaves, artiste fascinant qui construit des cabanes au bord de l’écroulement sur un terrain aussi immense et boisé que désert dans un endroit perdu du Québec. Architecte génial et singulier, il commence par récupérer des déchets abandonnés pour les intégrer à des constructions à l’équilibre improbable. Claviers et écrans d’ordinateurs, machines à écrire, vêtements, jouets d’enfants, vieille vaisselle, souliers, appareils électroménagers, équipements de sport, téléviseurs, parapluies et bien d’autre objets encore trouvent une seconde vie en allant rejoindre ces constuctions tourmentées et inquiétantes.

Qualifié d’Anarchitecte, son oeuvre est décrite comme l’esthétique de l’effondrement. Pourtant, certaines de ses cabanes sont là depuis presque dix ans. De son aveu, Richard Geaves veut défier la mort sur son terrain. “Mes cabanes sont asymétriquement voulues” explique-t-il.

Cependant, cet enchevêtrement n’est pas né en un jour et a demandé un travail considérable dont le résultat ne serait pas le même sans l’ouvrage de la nature qui accentue ce travail de “déconstruction”. D’ailleurs, notre homme est fasciné par ce phénomène.

Finalement, ces constructions complexes ressemblent à des squelettes géants. D’ailleurs, Richard Greaves utilise l’allégorie avec le corps humain en disant qu’il ne plante jamais de clou dans ses cabanes car îls sont comme autant d’échardes et qu’ils font mal au bois. Il préfère, pour en fixer les éléments structurels, utiliser des matériaux comme la corde.

Bref, Richard Greaves est réellement un artiste à découvrir. Si ça vous intéresse, il existe un livre sur son oeuvre intitulé “Richard Greaves, Anarchitecte” paru aux éditions 5 Continents et magnifiquement illustré des photos de Mario del Curto.

Bons becs à tous.

Princesse Brunette

Paul Amar: du Baroque à l’Art Brut

Quel rapport, me demanderez-vous, entre les coquillages, l’art baroque et les masques africains?

Et bien tout simplement un artiste génial du nom de Paul Amar.

Né à Alger en 1919, Français, juif séfarade et catholique, il vit à ce jour dans une HLM parisienne où son talent créatif s’exprime dans toute son ampleur. Ancien coiffeur et chauffeur de taxi, il vit aujourd’hui des jours tranqilles avec son épouse, Rose. Obsédé par la création d’oeuvres grandiloquentes largement inspirées d’influences aussi diverses que le baroque, la religion catholique ou l’art africain, il mélange ces courants artistiques en créant des tableaux grandioses faits de coquillages les plus divers (huitres, coraux, bigorneaux, moules…) qu’il meule, cisèle et ajoure avant de les peindre à l’acrylique ou au vernis à ongle pour en faire des fresques parfois si immenses qu’il ne peut plus les sortir de la pièce où il les a crées.

Ses tableaux, mélanges de fonds marins, de scènes sacrées et d’images païennes se déclinent dans un ensemble de couleurs chatoyantes et vives et de mécanismes compliqués (certaines s’illuminent, jouent de la musique ou encore s’animent). Ils sont d’une complexité incroyable et chaque détail y est paufiné de telle façon qu’à chaque nouveau regard on y découvre un nouvel élément.

Ne se considérant pas comme un “grand artiste” mais comme un “bon ouvrier”, Paul Amar est pourtant habité par son oeuvre grandiose. Se levant la nuit pour noter ses idées qu’il a vues en rêve, il passe des mois sur chacune de ses créations. Au final, cela donne une oeuvre sans précédent, totalement atypique qui s’inscrit dans le cadre de l’art brut.

Mais je ne vous en dirai pas plus, le mieux étant de vous faire une idée par vous-même. Pour ceux qui habitent la Suisse et ont l’occasion de passer par Lausanne, le fantastique Musée de l’Art Brut propose, outre d’autres oeuvres fort intéressantes, une séléctions de tableaux de Paul Amar. Ils ont aussi édité un DVD génial intitulé “Sa Sainteté Paul Amar, Pape des Coquillages” (un film de Philippe Lespinasse et Andress Alvarez).

Sinon, vous pouvez aller faire un tour sur le site du Musée www.artbrut.ch qui, s’il n’est pas très imagé, pourra vous faire découvrir de nombreux artistes et qui propose une très bonne définition de ce qu’est l’art brut pour ceux que ça intéresse.

Voilà pour aujourd’hui. Becs de Princesse Brunette.