« In extremis », nouvel album de Francis Cabrel

Cabrel_cover_InExtremis

 

Sept ans! Et dire qu’il a fallu attendre sept ans pour un nouvel album de Francis Cabrel! Interminable attente, récompensée par ce nouvel album, ce magistral « In extremis », où l’artiste nous livre douze nouveaux titres comme lui seul sait en fabriquer.

Le talent et la grâce sont donc à nouveau au rendez-vous, comme à chaque fois, aurais-je envie de dire, au fil de ces douze chansons comme douze perles de couleurs que l’on enfilerait sur un collier.

Même si certains de ses détracteurs diront que son album ressemble furieusement au précédent, il n’y a qu’à leur répondre que Cabrel refait sur « In extremis » ce qu’il sait faire de mieux: des chansons à texte dont les paroles sont un enchantement, même si à la première écoute les musiques sont effectivement proches au niveau des mélodies. Mais bon. On ne demande pas à Cabrel de faire du Renaud non plus…..

J’aime, j’adore. Et mon coeur bat fort pour le magnifique « Azincourt », le poétique « Les tours gratuits », le coloré « Le pays d’à côté » ou encore l’engagé « Mandela pendant ce temps ».

Bref, un très bel album à découvrir d’urgence.

 

Découvrez le magnifique Musée d’Histoire de l’Art de Vienne

Depuis la création de ce blog, je vous ai parlé périodiquement de mes coups de coeurs viennois au fil des occasions qui se présentaient à moi. Or, il se trouve que l’Homme et moi allons bientôt retourner nous établir en Suisse. Voici donc une des dernières fois, probablement, où je vous parlerai de la ville où j’ai vécu pendant presque six ans. Il me fallait donc trouver un très beau sujet, pour clore cet épisode en beauté. Mon choix s’est tout naturellement porté sur le magnifique Musée d’Histoire de l’Art de Vienne. Un des plus beaux musées que j’aie eu l’occasion de visiter dans ma vie. Une merveille à couper le souffle. Je vous avouerai que j’ai un béguin particulier pour la collection égyptienne qui est incroyable et magnifiquement préservée. Mais j’aime aussi la mise en scène de toutes les oeuvres moderne et épurée à la fois dans l’écrin d’un cadre ancien. Une inspiration à chaque visite pour moi qui écris actuellement mon troisième roman, « Le Mystère des pécheurs de perles » sur la thématique des musées et des vols d’oeuvres d’art. Mais je ne ferai pas plus long au niveau du texte. Place au images. J’espère qu’elles parviendront à rendre un peu justice à la splendeur des lieux.

IMG_2080 IMG_2082 IMG_2084 IMG_2092 IMG_2106 IMG_2109 IMG_2122 IMG_2144 IMG_2146 IMG_2147 IMG_2149 IMG_2152 IMG_2163 IMG_2165 IMG_2173 IMG_2184 IMG_2185 IMG_2187

« L’abitudine di tornare », nouvel album de Carmen Consoli

carmen-consoli-copertinaVoici une des artistes italiennes que j’affectionne le plus. J’aime son groove, son style et sa musique de manière générale. Chanteuse de talent aux textes légers mais parfois aussi engagés, elle nous raconte à chaque morceau une nouvelle histoire.

Des histoires loufoques, des histoires poignantes et d’autres qui ont l’air d’avoir été vécues, des histoire surprenantes, un peu folles, toutes portées par des mélodies qui deviennent vite entêtantes.

Sur « L’abitudine di tornare », Carmen Consoli signe dix titres magnifiques tirés du quotidien mais aussi d’une imagination romanesque. Dix histoires courtes qu’on écoute et réécoute jusqu’à les fredonner un peu partout, à n’importe quel moment.

En ce qui me concerne, un petit plus pour « Una sintonia imperfetta », « Questa piccola magia » (sublime!), « San Valentino » et l’incroyablement rocambolesque « La signora del quinto piano ».

Une artiste à découvrir en francophonie alors que c’est déjà une star confirmée en Italie. A raison.

 

« Vieux Frères-partie 2 », nouvel album de Fauve

122879-sortie-du-nouvel-album-de-fauve-vieux-freres-partie-2

Si j’aimais déjà beaucoup Fauve, ses textes qui prennent à la gorge et ses musiques qu’on adopte rapidement, j’avoue que je n’écoutais pas souvent leurs précédents opus car ils me donnaient vite le cafard.

Et voilà « Vieux Frères-partie 2 ». Un disque brillant et salvateur, un recueil de onze titres qui donnent de la force, et pas seulement l’énergie du désespoir. Une oeuvre plus claire, donc, bien que toujours écorchée vive, mais beaucoup plus positive. Si, avec les précédents albums, on avait l’impression d’avoir un poids énorme sur les épaules, avec celui-ci, on relève la tête, on regarde le soleil et on a envie de se battre. Se battre car la vie est une chienne mais elle a tant à offrir aussi. Ces lieux, ces ambiances, ces états d’esprits et ces voyages immobiles que décrit Fauve, nous donnent envie de prendre une grande bouffée d’air, de respirer à nouveau. On sent le collectif plus apaisé, au moins pour ces quelques chansons qui sont de vraies pépites.

Malgré un gros coup de coeur pour l’hymne « Sous les arcades » et le lumineux « Juillet (1988) », tout l’album est fort et touchant.

Une pépite.

« Older », nouvel album de Yael Naim

yael-naim-album-older-2015-940x644Franchement, Yael Naim est une artiste qui ne me déçoit jamais! Et ce n’est pas son dernier album, ce brillantissime « Older » qui va me faire changer d’avis.

On y redécouvre une Yael Naim inspirée, qui se réinvente sans cesse tout en restant fidèle à son style bien personnel et osant jusqu’à nous livrer quelque chant sacré (l’étrange et envoutant « Coward », probablement un des morceaux les plus beaux et les plus étonnants de l’album).

Honnêtement, j’aime tout sur « Older ». L’album ne contient que des mélodies addictives et terriblement entêtantes. Avec un petit coup de coeur supplémentaire pour « Dream in my head », « Coward », « Trapped » ou encore « Take me down ».

Tantôt pleine d’une énergie galvanisante, tantôt d’une douce mélancolie, ces onze chansons s’écoutent avec un plaisir infini. On suit Yael Naim les yeux fermés dans son univers onirique. Du grand art.

 

« Un homme idéal », un film de Yann Gozlan

240422

 

C’est marrant, parce que, il y a peu, je vous avais parlé de l’étourdissant roman de Jesse Kellerman intitulé « Beau parleur » et de la sordide descente aux enfers de son héros, Joseph Geist, pris dans une spirale d’événements terribles contre lesquels il se débat sans avoir réellement voulu les provoquer. Etonnant. Car j’ai trouvé beaucoup de points communs entre ce roman et le film dont je souhaite vous parler aujourd’hui.

« Un homme idéal », réalisé par Yann Gozlan avec le saisissant Pierre Niney dans le rôle titre, nous présente un enchaînement de situations inextricables dans lequel le héros se débat avec l’énergie du désespoir.

En effet, Mathieu Vasseur, 25 ans, est un jeune homme qui tente de percer dans le milieu de l’écriture. Cependant, son premier manuscrit n’est retenu par aucune maison d’édition, malgré son insistance farouche. Mathieu, en attente d’un avenir meilleur, gagne donc sa vie comme déménageur, bien qu’il n’ait pas réellement le physique de l’emploi. C’est précisément lorsqu’il débarrasse l’appartement d’un vieil homme décédé qu’il trouve un vieux manuscrit oublié et inconnu de tous. Il décide de se l’approprier et le livre à un éditeur signé de son nom. C’est le succès immédiat. Le milieu littéraire crie au génie. Commence alors pour Mathieu un spirale mensongère et macabre qui va l’entraîner dans un voyage vers l’enfer qui semble sans retour et dont on devine que l’issue lui sera fatale.

Ce que j’ai adoré dans ce film, c’est ce climat de tension extrême, cette ambiance malsaine à son paroxysme, cette chute inexorable vers l’horreur. Pourtant, on a envie qu’il s’en sorte, Mathieu. Car il est attachant et aussi parce que, finalement, on trouve que ce qui lui arrive est un peu cher payé en rapport du crime qu’il a commis.

En plus de ça, le film est porté par des acteurs brillants et inspirés. On retient son souffle jusqu’à la fin, inattendue. Un très bon moment de cinéma à vivre absolument!

« 750 grammes, les recettes cultes »

750g_les_recettes_cultes

Aloha! Voici le bon plus qui mijote dans la marmite!

Vous aimez cuisinez et vous avez une connexion internet? Vous connaissez forcément le site de 750 grammes. Si en plus vous êtes parmi les petits fous chanceux qui ont une télé, vous connaissez également Chef Christophe et Chef Damien! Et ben là, rendez-vous compte, vous avez entre vos mains un livre (culte) qui combine les deux! Alors? Elle est pas belle, la vie?

Bon, ceci mis à part, ce livre est vraiment culte. D’abord parce qu’il recense une foultitude de recettes du classique au basique en prenant un virage sauvage dans le non conventionnel. C’est un peu comme une encyclopédie des recettes à connaître absolument (donc cultes, vous suivez?) avec un truc en plus. Ou plusieurs tien!

Parce que les recettes sont certifiées testées et améliorées par les deux chefs précités. Ensuite parce qu’il y a plein de petites astuces pour que votre plat soit une réussite. Et puis les photos font envie, ce qui, ne nous mentons pas, est essentiel dans un livre de cuisine. Et on vous conseille à chaque fois un vin qui va avec votre plat. Sans oublier que sur chaque recette, un QR code vous redirige vers la page sur internet.

Bref, c’est, je pense, à ce jour, et incontestablement, mon livre de recettes préféré!

Et vous? Vous cuisinez quoi ce soir?

« Shaun the Sheep », un film des Studios Aardman

shaun_chase_quad_uk-release-date-1Quelle petite merveille d’humour british, tendre, drôle et intelligent que ce film sur l’un des personnages les plus célèbres du Studio Aardman (déjà à l’origine de Wallace & Gromit et de Chicken Run).

En effet, Shaun le Mouton est l’une des figures emblématiques du célèbre studio qui met en scène des personnages en pâte à modeler. Déjà habitué au petit écran par le biais de courts métrages drôles et touchants, Shaun le Mouton fait son cinéma pour la première fois dans le rôle principal.

L’histoire? Un troupeau de moutons s’ennuie sec à la ferme. Le fermier n’a plus son enthousiasme de jeunesse, le chien de troupeau est grincheux, les cochons moqueurs, bref, le coeur n’y est plus pour personne. C’est alors que Shaun décide de mettre un peu de piment dans tout ça. Le résultat est plutôt inattendu: perdus dans la Grande Ville, un fermier amnésique, un chien de troupeau désemparé et une cohorte de moutons en folie se retrouvent avec, à leurs trousses, un responsable de fourrière démoniaque. Vont-ils pouvoir retrouver leur tranquillité et…. leur ferme?

Ce film vous fera rire, sourire, rire aux éclats et vous tirera même une petite larme à l’occasion. Idéal pour petits et grands, plein d’allusions à la vie de notre époque, c’est un pur moment de bonheur. Pour se rappeler, enfin, de l’essentiel.

A voir absolument!

 

« Comment j’ai décroché du sucre » de Charlotte Debeugny

519rghwojkl-_sy344_bo1204203200_

Voilà un petit livre bien bien intéressant! En effet, « Comment j’ai décroché du sucre » de Charlotte Debeugny vous propose, en changeant un peu vos comportements alimentaires, de vous débarrasser des fringales, des coups de fatigue et des problèmes de santé liés à la consommation de sucre.

Intéressant et plein d’astuces, gageons que, même si vous êtes très calé en nutrition, cet ouvrage vous apprendra quand même quelques trucs.

Très joliment illustré, plein d’exemples pratiques et d’astuces, « Comment j’ai décroché du sucre » se lit d’une traite avec, au final, la sensation de pouvoir améliorer un peu son quotidien.

Alors, les bonnes résolutions, pour vous, c’est quand?

« Ne plus être fatigué, c’est malin », d’Alexandra Chopard

41sBLYiywCL._SY344_BO1,204,203,200_

Je vous en avais déjà parlé, de la collection « C’est malin »! Car elle réunit tout un tas de petites pépites de livres pour améliorer notre quotidien. Or, dans la famille « C’est malin », j’appelle le livre d’Alexandra Chopard intitulé « Ne plus être fatigué, c’est malin ».

Alexandra Chopard est pharmacienne. Elle attaque donc le problème de la fatigue chronique sous un angle pharmacologique. Mais pas seulement. En effet, ce petit livre diablement intéressant, parle de la fatigue sous toutes ses formes, qu’elle soit liée à un épuisement personnel ou professionnel, à une pathologie ou à une mauvaise alimentation.

L’auteur y propose des solutions en médecines douces mais aussi en nutrition ou en amélioration des biorythmes. Et passe en revue les principales maladies liées à la fatigue.

Bref, j’y ai appris plein plein de choses, allant de petits trucs aux grandes stratégies, pour tenter de faire face à ce vaste problème qui concerne beaucoup de gens. Et, quelle que soit l’origine de votre fatigue, je vous parie que vous trouverez des éléments de réponse pour la combattre dans ce recueil qui se lit d’une traite!

Vous allez l’adorer!