Eileen Cook, nouveau talent de la chicklit

En ce moment, je ne tombe que sur de très bons livres. Très différents les uns des autres mais néanmoins très bons.
J’ai découvert la plume d’Eileen Cook grâce au titre accrocheur de son premier roman, à savoir « Ne dites pas à ma mère que je suis voyante, elle me croit libraire à Vancouver ».
L’intrigue se passe à Vancouver, donc, où Sophie Kintock, libraire de son état, vient de se faire plaquer par Doug, celui avec qui elle sortait depuis 6 ans. Voyant ainsi le monde s’effondrer autour d’elle, Sophie projette cependant de tout mettre en oeuvre pour récupérer celui qu’elle considère comme l’Homme de sa Vie. C’est ainsi que, lorsqu’elle apprend que la nouvelle chérie de Doug, la pulpeuse Mélanie, est férue de voyance, elle décide de se faire passer pour une médium afin de faire rompre les tourtereaux. Mais la situation va totalement échapper à son contrôle….
J’ai adoré ce roman. Il est drôle, mordant, amoral parfois mais en tout cas totalement hilarant. Eileen Cook signe un premier roman désopilant après avoir connu le succès grâce à son blog plein d’humour.
L’intrigue y est bien ficelée, même si, comme dans tous les romans de chicklit, le lecteur (ou plus généralement la lectrice) se demande à quel moment les protagonistes vont être réunis pour le grand Big Love final. Et bien, celui-ci ne manque pas de tendresse et de drôlerie.
Bref, je vous conseille vivement ce livre car je l’ai adoré!

3 réflexions sur « Eileen Cook, nouveau talent de la chicklit »

  1. quel grand bonheur de lire votre livre!trop marrant!!vrémant top.sa change les idées ,et sa ns aident vraiment a ns évader…continuez a écrire des livres rigolote comme sa!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *