« Elysium », un film de Neil Blomkamp

Elysium-Affiche-IMAX

 

Bon, ben il faut bien l’avouer, en ce moment, côté ciné, j’enchaîne les déceptions… Après la débâcle de « The Lone Ranger », dont je vous ai parlé précédemment, j’ai eu une nouvelle déconvenue avec « Elysium », vu hier soir au ciné avec l’Homme.

Bon, déjà, côté programme ciné, le choix du film s’est joué entre « Les Miller » et le film précité. Et ben je vous le dis franchement: on aurait mieux fait d’aller rire un bon coup devant « Les Miller ».

Parce qu’ « Elysium », ça n’est pas franchement drôle. Pas qu’on soit attendu à des gags en chaîne, je vous rassure, mais là, c’était tout le contraire.

D’abord, « Elysium », c’est (beaucoup) trop violent. Les images sont choquantes, la musique est forte, en fait, c’est une agression perpétuelle son et lumière. En tant qu’infirmière urgentiste, je pensais avoir le coeur bien accroché quand même, et bien là, je me suis quand même tapé une petite nausée tout du long. Certaines images sont à la limite du soutenable.

Sinon, étonnamment, le film ne traîne pas en longueur. L’histoire est assez captivante, même si elle ressasse un peu toujours les mêmes clichés du héros qui va sauver l’Humanité et, accessoirement, sa petite amie des griffes d’un gros méchant horrible.

Bon, autrement, dans les bons points, et c’est d’ailleurs ce qui m’avait attirée au départ dans ce film, un scénario futuriste crédible et troublant dont je vous parle là, maintenant:

2154 (je crois): la Terre est une vague dead zone, surpolluée, où déchets et habitants cohabitent dans un chaos réglé par des robots qui les asservissent. Au dessus de leur tête, dans l’espace, des privilégiés vivent sur la station Elysium où la vie est paradisiaque, et où les humains ne connaissent plus ni la maladie ni le dénuement. Max (Matt Damon) vit sur Terre. Depuis son plus jeune âge, il rêve de rejoindre Elysium, comme tous ses pairs. Lorsque sa vie se trouve soudain mise véritablement en danger, il n’a plus le choix: Elysium est sa seule chance de survie. Mais, avant lui, tous ceux de sa condition ont échoué… Commence alors sa quête finale pour sa survie… et celle de son peuple.

Bref, si vous êtes toujours motivés à aller voir ce film, un seul conseil: mangez léger!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *