« Incurables » de Lars Kepler

9782330017675FSAllez, ceux qui suivent ce blog le savent: je suis secrètement (….) amoureuse de Joona Linna, le héros de Lars Kepler, et, si je n’aimais pas éperdument l’Homme, je m’enfuirais avec Joona dans un monde peuplé de rennes qui tirent le traineau du Père Noël.

Enfin, tout ça pour dire que Lars Kepler est mon auteur suédois préféré, bien que je lise beaucoup de littérature nordique. Parce que j’aime le style du couple d’écrivains qui se cache derrière ce pseudonyme. J’aime leur prose immédiate, urgente et tendue comme un fil à couper le beurre. J’aime leurs personnages qui flirtent continuellement avec la folie pure et violente. J’aime leurs scènes de sexe crues mais si réalistes. Bref, je me régale de les lire. Et puis, j’aime Jonna. En fait, j’aime tout chez Jonna: son sex-appeal, sa troublante ténacité, son côté insaisissable et ses yeux gris. Bon, je m’arrête là car je pourrais vous parler de lui pendant des heures et que ça n’est pas l’idée, finalement, sauf si vous avez du temps à perdre. Si?

Enfin, quoi qu’il en soit, on retrouve notre Joona Linna en bien mauvaise posture dans ce troisième roman intitulé « Incurables »: alors qu’il est sous le coup d’une enquête interne à la Rikskrim et à la recherche désespéré de sa famille, voilà ti pas qu’on découvre deux femmes sauvagement assassinées et terriblement mutilées dans un centre de réhabilitation psychiatrique pour jeunes filles. L’un des corps est nu et mis en scène.

Alors que Joona est appelé en qualité d’observateur, il va rapidement arriver à la conclusion qu’une des pensionnaires du foyer, répondant au nom de Vicky Bennet, a disparu. Les évènements s’enchaînent à une vitesse inquiétante et on soupçonne soudain la jeune fille d’avoir enlevé, dans sa fuite, un petit garçon de quatre ans. Colérique et instable, Vicky devient alors l’objet d’une chasse à l’homme. Mais plus l’enquête avance, plus les zones d’ombres s’amoncellent. Et qui est cette médium qui ne cesse d’appeler la police en disant qu’elle est en contact, au-delà de la mort, avec une des victimes?

Bref, un polar qui fait froid froid froid dans le dos. Donc, si vous êtes trouillard(e) comme moi, assurez-vous de ne pas le lire tout seul le soir. Sinon, c’est que du bonheur!

Voili voilou! J’ai assez babillé pour aujourd’hui! Maintenant: à vos marque-pages!

Bonne lecture!

Votre Brunette

 

1 réflexion sur « « Incurables » de Lars Kepler »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *