Johanna Sinisalo, entre anges et démons

Voilà un livre bien surprenant et déroutant que ce « Jamais avant le coucher du soleil » de Johanna Sinisalo. Oeuvre primée de la littérature finnoise, il déconcerte volontiers au premier et même au second abord.

Mais, pour commencer, je vous parle de l’histoire: Mikael, surnomé Ange, est un brillant photographe de pub. Un soir, en rentrant chez lui, il sauve des pattes d’un groupe de jeunes voyous ce qui semble être un animal blessé. Il s’agit en fait d’un enfant troll qu’il recueille secrètement chez lui. Commence alors une relation étrange et malsaine entre le jeune homme et la bête sauvage. Jusqu’au drame.

Traitant de sujets aussi délicats que l’homosexualité, la perversité, l’amour aveugle et passionné, l’attirance malsaine, l’ambiguité des sentiments, ce roman sauvage et torturé est une belle ode au désir et à l’aliénation que peut provoquer l’exacerbation de celui-ci.

Les protagonistes ont tous un cadavre dans leur placard qui ne demande qu’à réapparaître dans une grande appotéose finale tragique. Finalement, Pessi le troll, bien que présenté comme un démon, est peut-être le personnage le plus innocent de l’histoire.

J’ai aimé ce livre mais il m’a laissé comme un mauvais goût dans la bouche, comme un sentiment de malaise. Il est fort et choquant.

Une autre curiosité du livre est l’aspect documentaire: la moitié de l’histoire se compose d’extraits de textes ou poèmes sur les trolls et les créatures étranges de la littérature scandinave. C’est assez déroutant. L’histoire pourrait s’en passer mais elle serait alors plus légère et homogène, ce que l’auteure a apparemment essayé d’éviter.

Dans tous les cas, poignant et déroutant. A lire.

Becs de Princesse Brunette

1 réflexion sur « Johanna Sinisalo, entre anges et démons »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *