La part d’ombre de Guillermo Del Toro

Coucouc à tous!

En attendant des nouvelles fraîches, à savoir la chronique de Millenium 2 que je suis en train de finir, je vais vous faire le coup du réchauffé… Mais du bon réchauffé, pas du truc infâme façon micro-ondes…

Aujourd’hui, donc, on va parler du « Labyrinthe de Pan », de Guillermo Del Toro, sorti il y a environs six mois en DVD et à l’affiche dans les salles courant 2006.

Depuis « Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban », Guillermo Del Toro nous avait fait connaître ses talents pour le conte noir et la magie envoutante de la fable claire-oscure. Avec son « Labyrinthe de Pan », il confirme dans le registre du fantastique-lyrique.

L’histoire: Dans l’Espagne de Franco, Ofelia, une frêle jeune fille vivant au rythme des contes de fée, va à l’encontre de son destin en accompagnant sa mère dans un refuge retiré dans les montagnes où elle va faire connaissance de son odieux beau-père, le capitaine Vidal. Pour fuir un quotidien inquiétant dont elle s’accomode mal, Ofelia va se promener dans les alentours de la maison et découvrir un curieux labyrinthe. Celui-ci est habité (hanté?) par un faune qui lui révèle un incroyable secret qui va la projeter dans de rocambolesques et dangereuses aventures dans un monde fantastique habité par des monstres et des fées….

Film magnifique et inspiré, « Le Labyrinthe de Pan » est un chef-d’oeuvre visuel absolu. Il s’en dégage un romantisme noir troublant et enchanteur. Les personnages sont tour à tour inquiétants, touchants, pathétiques et héroïques et Del Toro nous délivre ici un très beau message sur le sens de la vie, le don de soi et l’amour de notre prochain.

Interdit en salles aux moins de 12 ans, ce film dur et volontiers violent nous dépeint le conte de fée d’une façon différente de celle à laquelle nous sommes habitués. De retour dans l’esprit du conte initiatique façon frères Grimm, il renoue avec le but premier du genre: nous faire perdre nos illusions enfantines tout en nous donnant une leçon essentielle sur la vie par le divertissement.

Un film pur et essentiel.

Profitez-en pour le regarder depuis votre couette car l’hiver commence!

Becs de Princesse Brunette

Ce contenu a été publié dans DVD par nouchki, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

2 réflexions sur « La part d’ombre de Guillermo Del Toro »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *