« La Sirène » de Camilla Läckberg

Bon, ben voui: j’essaie d’être objective, encore. Même s’il est vrai que c’est généralement entendu d’avance. En effet, à chaque nouveau roman de Camilla Läckberg, je m’enthousiasme, que dire, je m’émeus, je me pâme même.

Et ouais, « La Sirène », sixième tome des aventures d’Erica Falck et Patrick Hedström, ne déroge pas à la règle. Plus abouti, plus mature, plus noir s’il en est, cet ouvrage est une pure merveille.

L’histoire démarre avec la disparition d’un homme, père de famille sans reproche. Entrent ensuite en scène un auteur maudit au succès dévorant, une éditrice peu scrupuleuse, un entrepreneur volage et destructeur, une femme qui noie sa honte d’être trompée dans l’alcool et toujours les personnages que l’on connaît: Erica, auteur à succès, Patrick, policier talentueux, Mellberg, commissaire peu scrupuleux, et toute une tripotée d’autres acteurs d’un scénario qui a pour toile de fond la petite bourgade suédoise de Fjällbacka.

Alors que des secrets terribles sont peu à peu mis à jour, nos héros vont entamer une descente dans ce que leurs existences ont de plus noir et terrifiant. Et si même les âmes les plus harmonieuses ont parfois de lourds secrets, soyez surs qu’ils finiront par refaire surface. Mais peut-être sans rédemption possible.

En deux mots comme en cent, je souhaite, pour achever ce billet, laisser ici un message à Camilla Läckberg:

Est-il honnêtement décemment raisonnable de jouer avec nos nerfs de la sorte? Je ne le pense pas! J’attends donc la suite de cet ouvrage palpitant avec la plus grande impatience!

Et souhaite d’ores et déjà à ceux qui lisent ces lignes beaucoup de plaisir avec « La Sirène ».

 

1 réflexion sur « « La Sirène » de Camilla Läckberg »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *