Le désarroi selon Persepolis

Les vacances aidant, j’ai une vie bien remplie d’activités trépidantes. Donc, j’ai tout un tas de choses à vous raconter en ce moment! Et si j’avance petit à petit dans mon Murakami dont j’espère vous parler bientôt, je n’en vais pas moins au cinéma!

Aujourd’hui, je suis allée voir « Persepolis », un film d’animation peu commun.

Il raconte l’histoire de Marjane, une jeune Iranienne qui voit sa vie bouleversée par les événements politiques et religieux qui ont lieu dans son pays entre 1978 et nos jours. Issue d’un foyer harmonieux avec des parents et une grand-mère vivant avec leur temps, Marjane doit faire face à l’intégrisme montant à Téhéran, à la peur des dénonciations et des emprisonnements qui frappent ses proches, à la terreur des bombardements et, peut-être le plus insupportable de tout, au déracinement d’un exil en Europe.

Film bourré d’humanité, il est également plein d’humour. Mais on rit tout de même un peu jaune car on ne peut s’empêcher d’être oppressé tout du long par l’atmosphère dramatique de l’histoire.

Les personnages sont touchants et réalistes et l’histoire nous donne une belle leçon de vie: alors qu’on se plaint régulièrement de notre sort, d’autres se battent pour pouvoir mener une vie qui soit juste normale. Et que le bonheur est plus facile suivant sur quel coin de la planète on est né. Tout cela peut sembler évident, et pourtant on en prend cruellement conscience grâce à ce film plein d’intelligence.

Finalement, quand s’affiche le générique de fin, on n’arrive plus à se lever de son siège.

Une grande claque! A voir absolument!

Becs et bon film.

Princesse Brunette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *