Les grosses bêbêtes de Katherine Pancol

Quel est le point commun entre le XIIième siècle, la reine d’Angleterre et les crocodiles, me demanderez-vous? Vous, vous n’avez pas lu le dernier Katherine Pancol, intitulé « Les yeux jaunes de crocodiles ». Et bien sachez que vous avez tort. Je vous fait un bref topo:

Paris. Joséphine est une mère aimante, une épouse parfaite, et pourtant son mari la quitte pour une autre. Hortense, sa fille adolescente, ne connaît rien à l’amour et abuse de celui des autres pour prendre le pouvoir. Shirley, la voisine, cache un lourd secret qui peut mettre son entourage en danger. Gary, son fils, n’aime que la poésie et…. Hortense. Iris, la sublime et oisive soeur de Joséphine, s’ennuie à mourir dans sa vie de femme parvenue et ne sait plus comment communiquer avec son mari, Philippe, un brillant avocat qu’elle soupsonne de la tromper avec… un homme. Marcel, leur beau-père, couche avec sa secrétaire et rêve d’un enfant… à 66 ans. Tous ces personnages se croisent et s’entrecroisent dans ce roman à la fois tendre et dur, à la fois doux et amer. Tous courent après un bonheur qui semble se dérober sous leurs pas. En définitive, ça pourrait être l’histoire de chacun d’entre nous.

Autant vous le dire tout de suite, j’ai adoré ce roman. Je ne l’ai plus lâché depuis le moment où je l’ai commencé jusqu’au dénouement final qui m’a remplie d’une joie salvatrice. Et bien qu’il ait 660 pages, il n’y a aucune longueur.

J’avais déjà entendu ou lu de bonnes critiques du livre qui le décrivaient comme « une bonne lecture pour l’été ». Et bien j’ai trouvé ça assez réducteur, au final, car ce n’est certes pas un roman de chaise longue.  Il est profond, érudit et bien écrit. Il m’a fait pensé au magnifique « Ensemble c’est tout » de Anna Gavalda, car il s’inscrit dans la même justesse du ton, la même émotion.

Plein de rebondissements, il nous prend et nous surprend au fil des pages. Finalement, quand on le repose, après l’avoir fini, on le regarde avec la tendresse que l’on réserve à un ami intime.

Une pure merveille.

Bonne lecture. Bec de Princesse Brunette

3 réflexions sur « Les grosses bêbêtes de Katherine Pancol »

  1. L’autre jour au supermarché, je l’ai pris et… reposé!!! Mais là, avec ton article, je vais le prendre et… le garder!!! (lol)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *