Ma place au Solaar

Il y a du nouveau dans la galaxie MC: Solaar le septième est arrivé. Tout frais, tout chaud dans les bacs de votre disquaire préféré, ce « Chapitre 7 », comme le septième album studio du Monsieur, s’inscrit dans la plus pure tradition de ses grands frères. Etonnant et atypique, diamétralement éloigné du milieu rap français auquel le public est habitué, cet opus est plus proche de la poésie musicale et de la variété érudite (s’il en est…) que du hip hop pur et dur.

Longtemps après ses illustres prédécesseurs que furent « Qui sème le vent récolte le tempo », « Prose Combat » ou encore « Paradisiaque », ce « Chapitre 7 » ne séduit pas aussi immédiatement à la première écoute. Malgré des titres accrocheurs comme le single « Da Vinci Claude » ou le très bon « Carpe diem », j’ai eu plus de peine à adhérer au groove de l’album sur des titres comme « Paris-Samba » au rythme de la musique sud-américaine ou sur le festif « Clic-clic ».

Cependant, cela s’inscrit dans la démarche de Solaar de produire une musique en constante recherche de nouveaux horizons et de nouvelles sonorités. Pour preuve ce « Mollah Solaar » aux accents orientaux.

Ayant à son actif une petite vingtaine de titres qui prouve encore une fois à ceux qui en doutaient combien l’artiste MC est prolifique, cet album est en définitive plutôt plaisant et ne donne pas vraiment une impression de déjà-vu, ce qui est tout à l’honneur de ce grand Monsieur qui compte déjà pas mal d’années de route au compteur de la FM.

Finalement, on assiste ici à une confirmation pure et simple de son talent. Pourvu que ça dure!

Bonne écoute et bec de Princesse Brunette

Ce contenu a été publié dans CD par nouchki, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *