Margaux Motin, cette autre Pénélope

Coucouc à vous, p’tits chihuahas de mon coeur!
Aujourd’hui, on va de nouveau parler d’une BD. Ou plutôt d’une illustratrice.
Pour ceux qui me connaissent, même pas forcément très bien, il semble évident que je sois une fan, une afficionada, que dis-je, une inconditionnelle absolue de la génialissime Pénélope Bagieu. J’aime ses illustrations, j’aime son humour toujours juste et incisif, j’aime son blog et j’aime ses fringues. Et, jusque-là, il faut bien l’avouer, je la pensais unique en son genre. Et c’est toujours vrai. Mais, il y a peu, sur le blog de Deedee, j’ai découvert la BD de Margaux Motin. Et, de fil en aiguille, son blog. Et là, tout a semblé évident: j’aime ses illustrations, j’aime son humour, toujours juste et incisif, j’aime son blog et j’aime ses fringues. J’ai soudain eu l’impression de trouver en Margaux Motin une autre Pénélope. Mais, et c’est là que c’est magique, ce n’est pas tout à fait vrai. Proches mais dissemblables, surprenantes de complémentarité, les deux fausses jumelles en style se savourent et nous délectent avec drôlerie et esprit. Et c’est sans scrupule que l’on lit et relit chacune de leur publications.
Et puisqu’il est question de publication et que je vous avais dit que je vous parlerais de Margaux Motin, son livre « J’aurais adoré être ethnologue » est une pure merveille. Et pour vous en donner un petit avant-goût, je vous laisse lire la quatrième de couverture:
« J’aurais adoré être ehtnologue…. J’aurais étudié la symbolique de la chaussure à talon chez les Pygmées, observé la fréquence d’épilation de femmes en Amazonie, établi une typologie du bébé morue dans les sociétés inuit, j’aurais même probablement appris à construire une pirogue avec une bretelle de soutif et une tong, et pris des cuites à l’alcool de manioc. La vie aurait été une course folle, une nuit d’ivresse interminable, un vaste champ des possibles! Mais je suis une grosse feignasse, je vomis quand je suis soûle et j’ai peur des guêpes. Et puis de toute façon, tout ce que je sais faire, c’est dessiner…. »
Et elle le fait si bien, Margaux Motin qu’il serait dommage de passer à côté de ses aventures inspirées du quotidien de cette héroïne girly et franchement hilarante.
A toutes les filles qui sont filles jusqu’au bout des ongles, donc. Aux fashonistas, aux jeunes mères pas toujours épanouies, aux épouses pas forcément modèles et aux autres, je conseille vivement d’aller faire un petit tour chez Mme Motin. Et plus si affinités.
Becs de votre Brunette

Ce contenu a été publié dans BD par nouchki, et marqué avec . Mettez-le en favori avec son permalien.

1 réflexion sur « Margaux Motin, cette autre Pénélope »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *