Millenium 3: La reine, la redondante

Amis du jour, bonjour!

Aujourd’hui, après la petite paranthèse Harry (Harryyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyy!) Potter de la semaine dernière, on va terminer notre voyage dans la galaxie Millenium.

Pour commencer, voici de quoi parle « La reine dans le palais des courants d’air »:

Souvenez-vous de la fin de Millenium 2: Lisbeth se trouvait en bien fâcheuse posture puisqu’elle avait été enterrée vivante avec, notamment, une balle dans la tête…. Sans vouloir trop dévoiler l’intrigue de ce tome 3, vous saurez pourquoi et comment elle a survécu. Et surtout comment elle va essayer de se dépétrer de toute la mélasse politico-médiatico-judiciaire dans laquelle elle se trouve. Va-t-elle pouvoir prouver son innocence, va-t-elle venir à bout de Zalachenko avant que celui-ci ne l’élimine une bonne fois pour toute? Tels sont les enjeux du dernier livre de la trilogie de Stieg Larsson.

Ce que j’en ai pensé? Et bien, honnêtement, je n’ai pas été franchement enthousiasmée par ce troisième volet. L’intrigue avance à pas de fourmi et présente des redondances évidentes. Stieg Larsson rajoute encore des nouveaux personnages qui ne font que de faire stagner l’histoire en la reprennant au début là où le lecteur était en droit d’attendre une progression dans l’histoire. Il y a beaucoup de répétitions au fur et à mesure que tous les personnages présentent leur point de vue des événements. Finalement, cette abondance des personnages qui faisait la richesse de l’oeuvre finit par l’étouffer. On aimerait qu’elle se focalise un peu moins sur des rôles secondaires et qu’elle zoome un peu plus sur la passionnante Lisbeth.

De plus, ce tome 3 s’embourbe de plus en plus dans des considérations politiques pas forcément faciles d’accès à qui ne connaît pas l’histoire contemporaine suèdoise et son sytème judiciaire et politique. Stieg Larsson semble parfois mener un combat un peu vain et dérisoire contre les plus hautes instances de son pays….

Bref, j’ai eu beaucoup de peine avec cette « Reine dans le palais des courants d’air ».

A vous de voir, maintenant. Mais bon, 710 pages, quand on croche pas, c’est longuet…

Bec et bon courage.

Princesse Brunette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *