Mon thym quotidien

Coucouc à vous mes petits vers luisants!
Tout a commencé il y a un certhym temps, si ce n’est un temps certhym. Plus exactement lorsque mon beau-père m’a fait découvrir un sorbet divin à base de tisane de thym. Vous dire que j’en fit un festhym est encore bien peu de chose. En tout cas, ce fut un signe du desthym: depuis, j’en ai développé une quasi obsession: il n’est pas un mathym où je ne me réveille avec le dessein d’une infusion de ce coquin de thym aux mille facettes. En sorbet, il est muthym alors qu’en tisane, il révèle son thymbre doux et si personnel. Si bien que les fées et les luthyms semblent lui avoir conféré des propriétés magiques. Ma belle-maman m’en ayant donné un sachet, je suis rentrée avec mon buthym que j’ai précieusement gardé à l’abri des envieux.  Mais sachez que, si votre insthym vous pousse à en chercher, vous en trouverez à La Rose d’Eau, Place Pury 2 à Neuchâtel.
Becs de votre Brunette
PS: merci à Jean-Jacques pour les sorbet et à Monique pour la tisane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *