J’ai testé Alli!

Ceux qui me connaissent bien le savent: je suis constamment plus ou moins au régime. Régime protéiné, dissocié, Weight Watchers…. pour lutter contre l’engeance que constitue mon métabolisme trop lent et ma thyroïde paresseuse. En quatre ans, j’ai pris une dizaine de kilos dont je n’arrive pas à me débarrasser et qui s’incrustent notamment dans me fesses, me narguant lorsque je passe devant les miroirs….
Or, arrivée à un point où ma prise de poids m’inquiète véritablement plus par sa rapidité que par mon tour de taille qui est encore de justesse dans la norme, j’ai décidé de trouver une vraie solution.
Voilà plusieurs mois que j’hésitais à acheter Alli. En effet, j’ai suivi le buzz sur internet qui a suivi sa commercialisation et ne savais pas trop quoi en penser. En fait, je n’étais ni pour, ni contre, bien au contraire, comme dirait l’autre. Donc, après avoir une nouvelle fois fait une crise de rage en montant sur ma balance il y a deux semaines, j’ai décidé de me lancer.
Mais qu’est donc Alli?
Pour ceux et surtout celles qui n’en ont pas entendu parler, ce médicament, annoncé comme la pilule miracle contre le surpoids, est en vente libre sur le marché européen, sans ordonance, s’entend, depuis environs un an. On lui prête les bénéfices du Xénical, médicament utilisé pour traiter l’obésité, sans qu’elle en aie les inconvénients. Destinée aux personnes qui veulent perdre entre dix et quinze kilos, elle empêche l’organisme d’assimiler les graisses au niveau intestinal. Les lipides que vous ingérez font donc le « toboggan » dans votre intestin et ressortent par voie naturelle sans être métabolisés. Les effets indésirables actuellement connus sont essentiellement des diarrhées graisseuses associées, parfois, à des douleurs abdominales.
J’ai donc testé. Je suis allée à la pharmacie de mon quartier à l’aube d’un long week-end de trois jours. Au cas où lesdits effets secondaires se manifesteraient, je pouvais rester à la maison (et, en l’occurence, à proximité d’une toilette).
Verdict: pas de douleurs, pas de dérangement du transit. Les quatre premiers jours, j’ai eu effectivement une élimination favorisée et j’ai perdu des graisses. J’étais toute contente. Mais, par un mystère que je n’ai pas encore réussi à percer, au bout de cinq jours, et malgré une prise continue de 3 capsules par jours comme indiqué, l’effet s’est arrêté brutalement . J’ai continué encore une semaine supplémentaire mais j’avais l’impression de prendre un placebo.
J’ai finalement arrêté sans avoir perdu de poids.
L’aventure m’a coûté 64 euros pour quatre-vingt quatre capsules que je n’ai pas terminées. Heureusement que j’avais pris le petit emballage.
La seule explication que j’aie trouvée à ce résultat décevant est que j’ai déjà, à la base, une alimentation pauvre en graisses.
Mais bon. Je suis quand même assez déçue je dois dire.

3 réflexions sur « J’ai testé Alli! »

  1. Moi j’dis si on peut plus se bouffer une bonne glace sans se culpabiliser et s’avaler des capsules anti-graisses après, alors où va-t-on?? Tes WC te disent merci d’avoir arrêté! Et moi aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *