J’irai brûler en enfer!

Maintenant que je travaille dans un hôpital autrichien avec des soeurs, je me pose souvent la question existentielle de mon salut. Suis-je une aussi bonne personne que ce que je voudrais/devrais être? Force est de constater que, au moment du Grand Décompte final, je n’aurai pas vraiment « rien à déclarer ». Exemple sur une journée:
7H00: En arrivant au boulot, j’ai appuyé sur le bouton de fermeture des portes de l’ascenseur quand j’ai vu arriver la Mère Supérieure.
8H00: J’ai donné, par erreur, la colle pour dentier de son voisin de chambre à Monsieur P. pour qu’il se lave les dents avec. Il n’a plus pu ouvrir la bouche jusqu’à 8h24.
8H30: J’ai nettoyé, sans le faire exprès, le dentier de Monsieur A. avec le gel anti-inflammatoire pour les douleurs musculaires qui était dans sa table de nuit.
10H00: A la Grande Visite, je trouve le médecin-chef du service complètement débile avec ses blagues pas drôles qui sont censées amadouer les grand-mères et je n’écoute rien aux ordres médicaux, tout occupée que je suis à lui lancer des regards noirs.
10H45: Tandis que ma cheffe pense que je suis occupée avec les départs, je suis enfermée dans les toilettes d’où j’envoie frénétiquement des textos à l’Homme.
11H45: Alors que je donne à manger à Monsieur F., le patient grabataire du service, j’accélère de plus en plus la cadence des cuillérées, juste pour voir quel rythme il peut soutenir.
13H00: Je n’ai pas dit à ma cheffe qu’elle avait un bout de salade coincé entre les dents après la pause de midi mais j’ai bien ri intérieurement.
14H30: J’ai prétexté ne pas assez bien maîtriser l’allemand pour comprendre la question quand ma cheffe a demandé qui voulait faire des heures sup’ ce week-end.
15H00: J’ai dit à S., mon collègue que je déteste, que j’avais vu la cheffe partir. Il en a profité pour rentrer chez lui avant l’heure officielle. Lorsque ladite cheffe a demandé où il était, j’ai répondu: « Je crois qu’il a déjà quitté le service »! Gniac gniag!
Alors? Vous me le donneriez, vous, le Bon Dieu sans confession? Pas tellement, hein?

5 réflexions sur « J’irai brûler en enfer! »

  1. T’auras pas le bon Dieu sans confession mais je note tes idées et on sera 2 à bruler en enfer!!! J’adooote te lire… surtout au boulot!

  2. Entre la bétise par omission/naîveté et le côté vangeresse…je choisi…les deux!
    Merci pour ce délicieux moment de rires, confortablement installée dans mon canapé!
    Le pire, c’est que je t’imagines vraiment très bien dans chacune des situations et ça rajoute encore du charme à la lecture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *