« Le Dernier des Weynfeldt » de Martin Suter

Bien que j’aie eu envie depuis longtemps de découvrir l’univers de Martin Suter, c’est mon amie Audelou qui, en me disant qu’elle adorait cet auteur, m’a rappelé que j’avais acheté, à sa sortie « Le Dernier des Weynfeldt ».

Je me suis donc plongée avec intérêt et curiosité dans ce roman plutôt atypique.

L’histoire se passe à Zürich. Adrian Weynfeld, riche héritier d’une vieille famille dont il est l’ultime représentant, y exerce le métier d’expert en art suisse pour la maison de ventes aux enchères Murphy’s. Par pur plaisir, évidemment, car il n’a nul besoin de travailler pour subvenir à ses besoins matériels. Mais Weynfeldt est un homme raisonnable et bien élevé. Il ne saurait rester oisif. Prévisible, cependant. Organisé, aussi. Honnête et droit surtout. C’est sans compter l’arrivée dans sa vie de Lorena. Femme mystérieuse, enfantine, un peu perdue, elle va l’émouvoir jusqu’à tenter de le corrompre, soulevant ainsi l’éternelle question: Jusqu’où peut-on aller par amour? Les sentiments que l’on éprouve pour une personne inconnue peuvent-ils, un jour, nous mener à notre perte? Y a-t-il forcément toujours un « happy end »? Autant d’interrogations que soulève ce roman magistral, mené de main de maître par un écrivain qui écrit de façon aussi imagée qu’un peintre exécuterait un tableau: de façon consciencieuse et pleine de sensibilité.

Je vous le conseille vivement!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *